19 juillet 2006
O. - 18:15   C'est [encore] fini.

J'ai changé de pays, de vie, et de santé. J'ai arrêté d'écrire d'abord parce que je ne le voulais plus, et ensuite parce que je n'en étais plus capable.

Maintenant, j'écris à nouveau. Autre chose. C'est toujours moi, mais autrement.

Le site : http://amnesix.net/bn

Si vous avez la flemme de chercher le pourquoi du comment, ou du quoi :
http://amnesix.net/bn/?p=4

Écrit par O. - Citer cet article
31 juillet 2005
O. - 11:24   C'est fini.

Je n'ai pas vraiment atteint avec CCN le but que je recherchais. Alors j'arrête.

Il y a eu des bonnes périodes, des moins bonnes périodes. C'est comme ça.

Cela dit, j'ai de la suite dans les idées. Alors je recommence. Autrement.

Le format du carnet, blog, blogue, appelez-le comme vous voulez, ne convient pas du tout à un traitement de l'actualité autre qu'en surface. On est condamné à être superficiel, et ça m'agace. Si on veut faire du suivi sur un sujet, on se retrouve avec une kyrielle de liens en cascade, et ça ne sert à rien, personne ne les lit.

Ajoutez la pratique du RSS, et on obtient une façon d'écrire et de lire l'actu qui ne me convient pas. C'est mon opinion, et je la partage.

Mon projet initial, c'était aussi un projet collaboratif. Sur ça, j'ai globalement échoué. Malgré quelques collaborations épisodiques. Mais encore une fois le format du blog ne s'y prête pas.

Alors je tente autre chose. CC9. Tout le monde est invité. Sauf Robert. C'est en chantier, ça date d'hier. J'aime l'idée de travailler sans filet. Honnêtement.

À tous, depuis novembre 2002, merci.

Écrit par O. - Citer cet article | Dites le si vous n'arrivez pas à suivre... (14)
29 juillet 2005
O. - 13:08   The power of nightmares (2 et demi)

J'ai vu le second épisode (et une moitié du troisième) de The Power of Nightmares

Je ne peux que recommander à tout un chacun de voir ce documentaire.

Rien que pour la scène où on voit Rumsfeld à la télé, à l'époque de la guerre en Afghanistan, en train de parler du complexe de bunkers souterrains de Ben Laden à Tora Bora, décrivant un truc de dingue où des tanks pouvaient circuler, avec des protections contre l'imagerie thermique, des groupes électrogènes, un circuit de ventilation, un réseau informatique, un arsenal terrifiant...

... pour voir à la fin un poilu en train de compter 25 caisses de munitions dans une grotte minable.

Plus sérieusement, il y a dans cette série une analyse implacable du terrorisme islamiste tel que nous le connaissons, et une analyse non moins implacable du marketing utilisé pour nous le vendre en tant que menace existentielle à notre civilisation.

Écrit par O. - Citer cet article | Ça s'agite, visiblement. (4)
28 juillet 2005
Loïc - 19:55   Une prison

Une prison, c'est un endroit avec généralement un certain nombre de clôtures. Une première, simple, puis d'autres de plus en plus efficaces. Cela n'empêche pas certaines personnes de s'évader, mais bon, sur le principe cela marche correctement.

Vous connaissez Gaza ? C'est une prison avec en plus les mitrailleuses automatiques commandées à distance.

Les deux nouvelles barrières s'étendront sur une soixantaine de kilomètres tout le long de la frontière avec Israël, a précisé l'officier israélien.

L'une, composée de barbelés, sera disposée à une dizaine de mètres de l'actuelle clôture électrique, plus près de la frontière.

L'autre, équipée de capteurs, de caméras de surveillance, de miradors et de mitrailleuses commandées à distance, se trouvera côté israélien, entre 70 et 150 mètres de l'actuelle clôture.

Cela me fait un peu bizarre de lire cela. Je ne peux même pas m'imaginer ce que cela veut dire pour les enfants qui vont naître et grandir dans telles conditions. Mais on peut quand même se dire que cela va continuer de nourrir certaines idées, et ça, c'est l'histoire du cercle ou de la poule et l'œuf...

C'est un article de Libération.

Écrit par loic - Citer cet article | tout le monde s'en fout (0)
O. - 19:25   Bienvenue en Palestine
In other words, a ride that used to take a maximum of two hours from Jerusalem has turned into a nightmare, with roadblocks, humiliations, long waits and often sudden arrests.
En d'autres termes, un voyage qui prenait au maximum deux heures pour venir de Jerusalem est devenu un cauchemar, avec des barrages, des humiliations, de longues attentes et souvent des arrestations.

On a tous lu 10 000 fois ce genre de récits, et la dame qui écrit celui-là, co-fondatrice des redoutables "femmes en vert" israéliennes (lire vert kaki : des dames qui vont sur les checkpoints pour encourager et soutenir les p'tits gars de l'armée israélienne) devrait bien savoir de quoi elle parle : elle en a observé des millions, des Palestiniens, qui passent sous les fourches caudines de l'IDF.

Mais là, évidemment c'est pas pareil. C'est des barrages pour Juifs. Alors maintenant elle se plaint.

J'vous dis : les colons israéliens, les connaître, c'est les aimer.

Écrit par O. - Citer cet article | tout le monde s'en fout (0)
O. - 09:39   Mais où est passée la 22ème compagnie ?

Un peu partout, le long de la fameuse «clôture» de séparation que les Israéliens construisent gratuitement en territoire palestinien, les Palestiniens, justement, protestent. Dans le village de Bil'in, il y a protestation hebdomadaire. Les manifestations se veulent pacifiques, mais bizarrement finissent souvent mal.

Bil'in, c'est le secteur de la 22ème compagnie des hommes au béret vert : la police des frontières. Et voilà qu'on découvre que certains des incidents qui se produisent lors des manifestations, conduisant à des arrestations et à des détentions pouvant durer jusque 8 jours hors du processus judiciaire, ces incidents, disais-je... ne sont pas totalement naturels :

An investigation by Haaretz has found that policemen from that company have made false accusations against demonstrators and even made arrests on the basis of those accusations. Palestinians thus detained can be held for eight days before being brought before a judge.

P'tain. Tout fout le camp.

Accessoirement, un écho du journal Ha'aretz nous annonce que certains colons de Gush Katif auraient entamé la confection d'uniformes similiraires à ceux portés dans les camps de la mort nazis, qu'ils auraient l'intention de porter pour accueillir les soldats qui viendraient les expulser. On ne peut qu'aimer les colons, moi je dis.

L'article d'origine, ici.

Écrit par O. - Citer cet article | tout le monde s'en fout (0)
26 juillet 2005
O. - 14:33   Au secours, tout va bien !

Un groupe de militants d'extrême droite israéliens prétend avoir organisé une cérémonie religieuse pour placer une malédiction sur Ariel Sharon, avec la bénédiction de certains rabins. La dernière fois qu'un truc comme ça est arrivé, il s'est trouvé un simple d'esprit pour abattre le premier ministre de l'époque : Ithzak Rabin. On n'a pas fini de rigoler.

Right-wing activists claim they had performed early Friday a “Pulsa Dinura” (kabbalistic ceremony in which God is asked to curse someone who is believed to be a sinner ) calling for the death of Prime Minister Ariel Sharon. Some 20 right-wing activists participated in the ceremony which took place at the ancient cemetery in Rosh Pina. According to the participants, the ceremony was authorized by rabbis. “It was a call for the angels of destruction to kill Arik Sharon,” Michael Ben-Horin, who participated in the ceremony, told Ynet.

“The ceremony was intended for the angels of destruction, not for humans, as it would be a shame for people to attempt it (assassinating Sharon) amid all the prime minister’s security.”

Naturellement, il ne s'agit pas d'une incitation au meurtre : la cérémonie demande l'intervention d'«anges de la destruction», hein, c'est pas les colons pacifistes qui iraient appeler au meurtre. C'est pas le genre.

L'article d'origine, ici.

Écrit par O. - Citer cet article | Ça n'intéresse que lui /elle (1)
O. - 14:17   The power of nightmares

J'ai regardé hier soir la première partie d'un documentaire en trois (parties) de la BBC, qui s'appelle «the power of nightmares».

Cette première partie met en parallèle (et quel parallèle) le cheminement intellectuel de ceux qu'on appelle aux États-Unis les «néo-conservateurs» et celui d'une série de «penseurs» musulmans, dont celui qui est désigné comme le mentor de Ben-Laden, Al Zawhari.

Curieusement, ces deux cheminements intellectuels prennent leur source dans une commune réflexion sur l'état de la société américaine des années 50 et 60. Les deux sont affolés par ce qu'ils perçoivent comme une corruption des fondements de la société, et échafaudent des moyens de la remettre sur les rails.

La première partie s'achève, d'un côté, sur l'assassinat d'Anouar El Sadate, le président égyptien, et de l'autre côté sur l'arrivée dans les travées du pouvoirs d'hommes comme Paul Wolfowitz, Richard Perle, et Donald Rumsfeld.

Amusant, on voit ces derniers (déjà...) se livrer à un exercice de style délirant pour démontrer que la CIA n'a rien compris à la naissance du terrorisme, et que tout est orchestré par... l'URSS. Utilisant pour ce faire des informations fabriquées de toute pièce par... la CIA, reprises dans un livre par un type qui n'est au courant de rien. Convaincus par le livre, ils se lancent à l'assaut. Et confrontés aux agents de la CIA qui ont fabriqué les dites informations, ils refusent l'évidence.

On voit qu'ils se sont améliorés depuis. Aha.

A voir, absolument. Vivement le second épisode.

Écrit par O. - Citer cet article | Dites le si vous n'arrivez pas à suivre... (10)
23 juillet 2005
O. - 13:39   Dilemme

Avec les horreurs en cours (apparemment, ce n'est pas une affaire finie) à Londres, il semble qu'il faille éviter les comportements suspects. Hier, un type a été abattu à bout portant de cinq balles. Il n'avait finalement pas de bombe sur lui, ce qui n'a pas empêché les témoins d'avoir vu des fils électriques dépasser de partout.

Son crime aura été de se mettre à courir, et la sentence immédiate.

D'un côté je comprends que le commissaire principal (si c'est comme ça qu'on appelle le chef de la police à Londres) ait donné des instructions à ses agents de tirer au cas où on pense que le suspect peut détonner une bombe. Si on peut sauver plusieurs personnes et notamment les agents effectuant l'arrestation en empêchant, même de façon expéditive, un type d'actionner sa bombe, je n'ai rien contre.

Mais naturellement, il y a une ligne pointillée : la présence de la bombe. On peut comprendre qu'on ne veuille pas prendre de risque, mais tout de même, quelque part, ça me chiffonne.

Bonne nouvelle, que ça me chiffonne. Il y a des tas de gens que ça ne chiffonera même pas. Ceux-là ont déjà individuellement perdu la fameuse guerre contre le terrorisme qu'ils croient mener. Les règles ne sont pas les mêmes dans les deux camps. Dans le camp du «monde libre», nous, on est déclaré perdant quand on abaisse nos standards pour se rapprocher des leurs, ceux des méchants.

Et là, quelque part, on est sur un ligne pointillée.

Écrit par O. - Citer cet article | Dites le si vous n'arrivez pas à suivre... (13)
22 juillet 2005
O. - 12:27   La vérité de Robert, première partie

Je poubellise systématiquement tout ce qu'envoie Robert. Un de ses envois, mérite réponse, et donc voici la réponse. La première partie seulement, parce que c'est long et fatigant. Ce n'est à l'évidence pas Robert qui a écrit ça, c'est tiré d'un des multiples argumentaires que les «amis» d'Israël utilisent machinalement.

Tous les textes cités viennent du texte Robertien, que j'essaie de garder en intégralité. La suite, probablement demain. Le message originel de Robert s'appelle «Ce qui s'est réellement passé à Jénine»


Le camp de réfugiés de Jénine a été créé en 1953. Il comprend quelque 13 000 habitants, et est pratiquement inclus dans la ville de Jénine. À la suite des accords d’Oslo de 1993, Jénine a été, comme les autres villes palestiniennes, évacuée par Israël et placée sous le contrôle, tant civil que militaire, de l’Autorité palestinienne. Cependant, le camp demeure géré par l’Agence des Nations unies chargée des réfugiés (UNRWA).

Oué. Il y a une boulangerie aussi.

Suite de l'article...
Écrit par O. - Citer cet article | Dites le si vous n'arrivez pas à suivre... (9)
 
juillet2006
Dim Lun Mar Mer Jeu Ven Sam
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          


Tout le monde a une mémoire photographique, mais tout le monde n'a pas de pellicule.

Derniers articles

Derniers articles
vérité C'est fini. (14)
sophiane C'est fini. (14)
raubert C'est fini. (14)
LECAILLE The power of nightmares (10)
Elodie Alertez les bébés ! (6)
Skandhaar C'est fini. (14)
Zilch C'est fini. (14)
Zarathoustra C'est fini. (14)
wam C'est fini. (14)
pierre amoretti C'est fini. (14)
l'archer vert C'est fini. (14)
temps C'est fini. (14)

Archives

Liens
NotInOurName
Le désastre continue. Une poignée de loufdingues visionnaire de chaque côté. Sans oublier la Pologne. Au nom de quoi ? Pour le bénéfice de qui ?

Pendant ce temps là...

... les Irakiens anonymes meurent. Tués par les uns ou les autres. Dans l'indifférence. Maintenant qu'ils sont libres, on s'en fout. Hein ?
www.iraqbodycount.org

Faites-vous entendre !

Un sujet vous tient à cœur, écrivez à un ou plusieurs députés européens. Il faut bien que la fameuse «démocratie directe» commence quelque part.

Liste et adresses de courriel des députés français au parlement européen


Turbulences...

Brest-Jérusalem - chronique de Palestine
Baghdad Burning
NO LOGO...
NetLex
Tibet-Info
Sauvons la recherche

Des gens...

The Blog of the Boq
Rom - jamais content
un os à ronger...
Torpedo
Aqb
le Matoo blog
Embruns

Histoires d'octets...

Des nouvelles du Libre...
Ubuntu Linux le site francophone


à part ça... ?
Un Monde de Bouts (World of Ends)
photos du monde monde de photo




Get Firefox

Liens