Un petit peu de calme…

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le dim 10 Oct 2010 à 10:30

Hier, très chouette balade en forêt. Enfin dans le parc du château de Tegel. Il fai­sait beau, tout était pai­sible… juste du bon­heur.

Le château a l’air beau­coup plus grand qu’il ne l’est. Joli truc d’architecte. C’est le château de la famille Hum­boldt. Dans le parc, on trouve le second des plus vieux arbres de Ber­lin, pas très loin du plus vieux, la « Grosse Marie  », laquelle est tout de même *beau­coup* plus vieille (soi-disant plantée en… 1192 !!).

Dans le parc, tou­jours, des vaches d’une élevage « bio ». C’est tou­jours aus­si sur­pre­nant pour moi d’être dans des cadres tels à peine cinq minutes de marche d’une sta­tion de métro. Ber­lin est… Ber­lin.

Ven­dre­di, la ville était un petit peu ten­due : un match de qua­li­fi­ca­tion pour entre Alle­magne et Tur­quie, alors que Ber­lin est la plus grande com­mu­nauté turque hors de Tur­quie et que le cli­mat est un petit peu… chargé (mer­ci mon­sieur Sar­ra­zin !). Eh bien rien. Pas l’ombre d’un problème dans le stade, ni dehors. Même la presse « tabloid » nous raconte —la larme à l’Å“il— que les jeunes « turcs » (tous de natio­na­lité alle­mande comme turque), dans le stade et là où le match était dif­fusé sur écrans géants, ont mas­si­ve­ment chanté les deux hymnes natio­naux, dans les deux langues.

Sinon, j’ai réussi hier soir à bri­co­ler les archives de mon « Mille vingt-quatre pixels  ». Le système précédant ne se prê­tait pas du tout à une consul­ta­tion. Je trouve ça plutôt pas mal. Jetez-y donc un Å“il… Je n’ai plus qu’à trou­ver com­ment fran­ci­ser ça, mais je suis bien content.

2 commentaires

  1. Comment by Giorgio — 10/10/2010 at 16:05

    Riche idée, que ces archives ! C’est super !

  2. Comment by olivier — 11/10/2010 at 21:52

    Mer­ci !

RSS feed for comments on this post.

Nous sommes désolés, il est pour le moment impossible de laisser un commentaire.

Moteur du site : wordpress 4.9.3 - Thème : «Back in Black 2» crée par Frederic de Villamil (traduit en français par amnesix)