©mocratie sociale…

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le mar 28 Sep 2010 à 09:54

Dans toute « démocratie », on dis­cute. C’est pra­ti­que­ment la définition du truc entier. On dis­cute.

Dans une « démocratie sociale », on dis­cute des pauvres.

C’est chouette, non ?

En théorie, oui ; en Alle­magne, non. Car en Alle­magne, la dis­cus­sion n’en est une qu’en appa­rence, et en plus le sujet de la « dis­cus­sion » est plutôt de savoir à quelle sauce les pauvres vont être mangés plutôt que « les pauvres » en tant que tel.

L’objet du « débat » est la fameuse loi « Hartz IV », celle qui s’assimile en France en gros au RMI. Cette loi a été retoquée par la cour consti­tu­tion­nelle, notam­ment car les cal­culs du mon­tant de l’allocation versée ont été jugés « arbi­traires » et, pour être honnête, pas vrai­ment clairs.

En fait le sujet du débat du jour est limité au mon­tant. La trans­pa­rence des cal­culs, hein… on ver­ra tout ça quand la loi aura été retoquée à nou­veau. J’ai déjà vu ça. Le juge­ment de la cour consti­tu­tion­nelle donne deux ans au gou­ver­ne­ment pour présenter un texte conforme. Deux ans de gagnés. Et puis on recom­mence. Et puis on recom­mence…

Le chiffre du jour : 5 euros. C’est le mon­tant de l’augmentation décidée par le gou­ver­ne­ment.

Donc, l’heureux pauvre va rece­voir, chaque mois, 463 euros par mois (plus loyer et chauf­fage). Enfin en théorie.

De plus, l’heureux pauvre, his­toire de recou­vrer un petit peu de dignité, il pour­ra se voir pro­po­ser un job. ©néralement, ce sera un de ces fameux « job à un euro ». Mon­tant déductible de l’allocation. Et si il refuse de tra­vailler pour un euro (brut, à l’heure) pour recou­vrer sa dignité, l’heureux pauvre pour­ra perdre tout ou par­tie de son allo­ca­tion. Natu­rel­le­ment, ces jobs ne sont pas les plus exci­tants. Can­ton­nier, laveur de graf­fi­tis, ce genre de trucs.

L’heureux pauvre en quête de dignité pour­ra peut-être trou­ver un bou­lot plus exci­tant. On en trouve beau­coup, des jobs, sur le mar­ché. Le salaire ? Ah, ne mégotez pas, hein. Il s’agit de dignité, tout de même. 400 euros par mois. L’employeur est natu­rel­le­ment sub­ven­tionné. Gras­se­ment. La dignité, c’est impor­tant.

463 euros par mois. Ou plus exac­te­ment :

Ali­men­ta­tion : 128,46 euros par mois. Oubliez les fruits, les légumes frais, bar­rez de votre car­net d’adresse tout com­merce d’alimentation genre « bou­che­rie », « crèmerie », voire « bou­lan­ge­rie ». Allez donc voir chez Aldi com­ment ça se passe. Mmmmmmh, que c’est boooooooon ! On en man­ge­rait ! Regar­dez tout ce que pou­vez ache­ter pour 4,12 euros par jour ! Et même un petit plus en février !

Temps libre : 39,96 euros. Mer­ci ! Les pauvres peuvent donc main­te­nant avoir un bud­get « temps libre » ! N’est-ce pas généreux ? Ne voyez-vous pas la lueur dans les yeux des enfants de pauvres ? Notez tout de même que les enfants n’ont droit qu’à une par­tie de l’allocation. 39.96 euros, c’est le tarif adulte.

©léphone / Inter­net : 31,96 euros. Pour ce prix là, j’ai une ligne Inter­net à 16 Mo, et une fla­trate téléphonique, donc en gros, ça passe.

Vê­te­ments : 30,40 euros. Condamnés aux vê­te­ments au rabais, et donc natu­rel­le­ment à la qua­lité qui va avec. donc renou­ve­lables. Sou­vent. Et on se demande pour­quoi les pauvres ont une ten­dance à por­ter le survê­te­ment…

Je ne vous fais pas la liste complète, hein, sinon je suis obligé de m’apeser sur les 1,39 euros dédiés à la for­ma­tion.

Voilà pour le côté « social ». Je pour­rais vous racon­ter des tas d’histoires vrai­ment sor­dides, telles que celles de gens obligés de déménager si ils ont la chance d’avoir un appar­te­ment trop grand (45 m² pour une per­sonne seule, plus 15 m² par per­sonne supplémentaire *théoriquement*, mais en fait au bon vou­loir de l’employé du Job­Cen­ter « compétent »), même si le loyer est inférieur au pla­fond indi­qué dans la loi.

Main­te­nant voyons la « dis­cus­sion ». Les pauvres coûtent cher. En plus ils picolent. Est-ce qu’on ne pour­rait pas rabio­ter un petit peu ? C’est vrai, quoi ! Ce sont tous des fainéants, majo­ri­tai­re­ment étrangers (pire : *musul­mans*), il est pra­ti­que­ment impos­sible de les éduquer. Est-ce que *mes* impôts à moi doivent ser­vir à ça ?

C’est un résumé gros­sier, bien que —à mes yeux— bien moins gros­sier que la plu­part des argu­ments que j’ai pu lire ici ou là. C’est à lec­ture de ces dis­cus­sions que je me rends compte que la société est en train d’exploser sous les coups de bou­toir de l’idéologie « libérale ».

La preuve  ? Simple : il leur a fal­lu un petit peu moins de dix ans pour obte­nir une société dans laquelle per­sonne ne se choque de l’emploi de l’expression « base de 400 euros men­suelle » ou « job à un euro à l’heure », et où les poli­tiques dis­courent en public sur l’injustice faite aux heu­reux bénéficiaires d’un bou­lot (sub­ven­tionné) à 400 euros par mois alors que ces salauds de chômeurs peuvent avoir jusqu’à 463 euros.

Le débat n’a natu­rel­le­ment jamais eu lieu : le gou­ver­ne­ment a pris sa décision, point barre. Ah, pour être tota­le­ment honnête, il y a eu débat au sein du gou­ver­ne­ment entre ceux qui pensent qu’ils pour­raient s’en tirer avec moins de 5 euros d’augmentation et les autres. C’est tout de même la cour consti­tu­tion­nelle qui a requis un recal­cul, hein.

Et puis quoi, en Alle­magne aus­si, on a des res­tau­rants du cÅ“ur ! Vous voyez qu’on les aime, nos pauvres…

1 commentaire

  1. Comment by christel — 16/10/2010 at 16:11

    http://christelchabadabada.blogspot.com/2010/09/comment-vivre-avec-un-revenu-minimum-en.html

    a pro­pos et sur media­part plus de 100 com­men­taires !!
    http://www.mediapart.fr/club/edition/les-francais-letranger-de-mediapart/article/250910/comment-vivre-avec-un-revenu-minimum

RSS feed for comments on this post.

Nous sommes désolés, il est pour le moment impossible de laisser un commentaire.

Moteur du site : wordpress 4.9.3 - Thème : «Back in Black 2» crée par Frederic de Villamil (traduit en français par amnesix)