Tatort : d’utilité publique…

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal,Xenuphobe ... — le dim 29 Août 2010 à 22:13


Haaaaaa, dimanche soir ! Tatort ! Notre ren­dez-vous catho­dique immu­table. Sauf quand la télé de la RDA chaîne « régionale » MDR squatte avec son inno­mable série « Poli­zei­ruf 110  ».

Mais ce soir, pas de nui­sibles à l’antenne. Un Tator­t© ori­gi­naire d’Autriche. Et bientôt on va avoir même des Tator­t© suisses. Pour­quoi pas.

Donc, à 20:15, ça com­mence. Un poli­cier trouve par hasard un cadavre. L’enquête com­mence. La différence : la vic­time est membre de  « l’église de » scien­to­lo­gie la com­mu­nauté de croyance Epi­tar­sis.

Un regard dur, voire affuté, sur  « l’église de » scien­to­lo­gie la com­mu­nauté de croyance Epi­tar­sis. On y découvre les mécanismes qui per­mettent à  « l’église de » scien­to­lo­gie la com­mu­nauté de croyance Epi­tar­sis de « tenir » ses clients membres. Les cours (payants) menant à tou­jours d’autres cours (tou­jours plus chers). On voit les clients membres de  « l’église de » scien­to­lo­gie la com­mu­nauté de croyance Epi­tar­sis anno­ner les réponses à tous les problèmes de leur exis­tence, dictées, impla­ca­ble­ment, avec le sou­rire, par d’autres clients membres de grade supérieur. On découvre des enfants qui renient leurs parents —sur ordre. Le besoin d’argent est tel que tous les coups sont per­mis.

« l’église de » scien­to­lo­gie la com­mu­nauté de croyance Epi­tar­sis a des dos­siers sur tout le monde. Moritz, le com­mis­saire, est accueilli par son patron lequel a dans la main une plainte de  « l’église de » scien­to­lo­gie la com­mu­nauté de croyance Epi­tar­sis, reçue avant même que Moritz rentre au bureau de sa première visite là-bas.

Arri­vant à  « l’église de » scien­to­lo­gie la com­mu­nauté de croyance Epi­tar­sis, un peu plus tard, Moritz voit sa per­qui­si­tion annulée : chez le pro­cu­reur sont arrivées des pho­tos mon­trant la fille de Moritz dans les locaux de  « l’église de » scien­to­lo­gie la com­mu­nauté de croyance Epi­tar­sis, laquelle se prétend persécutée par Moritz, invo­quant la liberté de conscience. Natu­rel­le­ment.

J’ai lu et vu beau­coup au sujet de la scien­to­lo­gie. Je suis même Xenu­phobe, et fier de l’être. Mais je n’avais encore jamais vu de fic­tion de cette de qua­lité (de docu­men­ta­tion) pre­nant la bête scien­to­lo­gie par les cornes. Comme on dit en Alle­mand : « Respekt ! ».

Et si vous vous posez la ques­tion en appa­rence bête : « Mais pour­quoi ils ont appelé ça Epi­tar­sis et non sim­ple­ment scien­to­lo­gie ? », la réponse était écrite en fili­grane tout au cours de l’épisode. La scien­to­lo­gie, paranoïaque, mais ration­nelle, n’aurait jamais accepté la dif­fu­sion de ce film, et aurait tout fait pour l’interdire. La scien­to­lo­gie a fêté, la semaine dernière, la fer­me­ture du bureau anti-secte du sénat d’Hambourg, par exemple. Pour rai­son budgétaire, natu­rel­le­ment. La scien­to­lo­gie mène une guerre juri­dique impi­toyable contre l’ennemi : l’état alle­mand, son prin­ci­pal cri­tique —en Alle­magne. Elle est déjà si forte que même la première chaîne publique du pays lui a consa­cré tout un épisode de sa série phare (Tatort)… sans oser men­tion­ner son nom.

Cela dit, le camou­flage est un art. Dans les bureaux de  « l’église de » scien­to­lo­gie la com­mu­nauté de croyance Epi­tar­sis, j’ai pu « reconnaître », par exemple, les cou­ver­tures des livres de l’inventeur de la scien­to­lo­gie, par exemple.

J’attends le pro­chain round.

Avec, tout de même, une cer­taine inquiétude.

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

RSS feed for comments on this post.

Nous sommes désolés, il est pour le moment impossible de laisser un commentaire.

Moteur du site : wordpress 4.9.3 - Thème : «Back in Black 2» crée par Frederic de Villamil (traduit en français par amnesix)