Web 2.0S(arkozy) ?

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le ven 17 Déc 2010 à 12:19

mQGiBDrlpg0RBADQIOANoihULVTQ3sddrU7XObaNMtgFY7fEpybl0fqQStPyqXHY
nMdeHQQA/d9vEviuN5kbLXW2m1Zf67mAajDc8jP/lElYQg8lv8C6XXBkVH/7i7gC
mFteHDbXCsh8Eqwh2okC3frYPpAx1I0z1VtmOGz2jFfxjVBNfuuBPhaRHQCg/0v8
TEi/i/vY7ALLMPcPCAnPgk8EAMKlb/mBTqbahBjCBWx/CLpEQQ/qVDQmlEk/BBKz
ms6t0OQXtqwcf5+kxre2Xf3XDYRYZPL9mS5oSjSLk2vma+5/Z59Xg39tWke7GULs
hle9wA8Bta/ak6t3fxCr/4MyS2BSpYsIfA+6AlPAs2rOF7EX6jOZkfhHvyS1jCBV
4Y0jA/0VoX+TaDNDZotbMT5INGMkIQS9PD8B3/ynjRdRnDpjOIVscEp0A2tyZ853
9w7TkiVoFtBg5XcM5H1j9FZBfhPg/aZGz0ofJlnvhxGiNVUE2Zxr1PwftTFUJUBu
7RqnliUsYCL00aFoEDXIJ4T18dB8a/KO9Jh520+RXOUOMe0G4rQkQmVybmllIFBv
b2xlIDxiZXJuaWVwb29sZUB5YWhvby5jb20+iQBOBBARAgAOBQI65aYNBAsDAgEC
GQEACgkQ+JGoqOuWpYh1fQCffB+5AYS1tGBpTBn8ILTGfJNZfkkAmwYgG8PbHJKG
MR2ip6RXYxqk6HfUuQINBDrlpg0QCAD2Qle3CH8IF3KiutapQvMF6PlTETlPtvFu
uUs4INoBp1ajFOmPQFXz0AfGy0OplK33TGSGSfgMg71l6RfUodNQ+PVZX9x2Uk89
PY3bzpnhV5JZzf24rnRPxfx2vIPFRzBhznzJZv8V+bv9kV7HAarTW56NoKVyOtQa
8L9GAFgr5fSI/VhOSdvNILSd5JEHNmszbDgNRR0PfIizHHxbLY7288kjwEPwpVsY
jY67VYy4XTjTNP18F1dDox0YbN4zISy1Kv884bEpQBgRjXyEpwpy1obEAxnIByl6
ypUM2Zafq9AKUJsCRtMIPWakXUGfnHy9iUsiGSa6q6Jew1XpMgs7AAICB/9fLWJk
MxqlKPuP4nfcDXxjYu5yYrtgTxnEA8LjwHILFHC6dS+TruOBehDWWq07PEihRVdK
3vY/oOSV70Du4yO2/siau4xUNhrP2dw1AKgDW1gNvQbeXYuxhs7vKDQGHDgYhUKm
z5E6hX5Z3HesujXnHWe8NtTqa1gM+SP3LF6oFkzTpuIoogRRULy6HUbis1v+Um4i
WI1EXchfauNwy6IzFYOTw41MExKtDyxTLjzBz/PfsncQc2zWpFAih8ZcqQkiOg8B
a+h7xp0hrPzXT0ewxb3aiELI+2oq6m0uwprWJE09REWgwe78gRwbiwlPDH4P/uL9
/tUA2PaCPaEkM7+EiQBGBBgRAgAGBQI65aYNAAoJEPiRqKjrlqWIZv0AoK/IfMGB
Pk7ZKtEr64R8NAArXBoQAJ9E90U+eHZzVN9jG/MVuJKwiNRYZw==
=xI2U

fac simile (ou presque) d’un texte, passé à la mou­li­nette « PGP », garan­tis­sant la qua­si-impos­si­bi­lité de déchiffrement, la seule solu­tion future du net ?

Voilà auquel le net pour­rait devoir res­sem­bler demain. Enfin quand je dis demain, hein, ça pour­rait être sim­ple­ment après-demain, hein. Disons demain, pour rai­son de com­mo­dité.

Car à par­tir de demain, le gou­ver­ne­ment français a droit de vie et de mort sur le net français. Le gou­ver­ne­ment peut décider de fil­trer cen­su­rer *tout ce qu’il veut*, sans devoir faire appel à la jus­tice, *sans contrôle pos­sible*.

Et il fau­drait leur faire confiance ?

Histoire sans paroles…

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal,Photo — le ven 17 Déc 2010 à 01:35

Une pro­me­nade sous la neige. Une page de vie, une tranche de bon­heur… et une chouette récompense.

©sistance « plus »… Stuttgart 21 passe, ou casse…

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal,Stuttgart 21 — le lun 13 Déc 2010 à 14:15

Same­di, plus de cin­quante mille oppo­sants au très célèbre pro­jet Stutt­gart 21. Le pro­jet, plus ou moins cri­ti­qué par le médiateur Geiß­ler, qui l’a lui-même renommé « Stutt­gart 21 plus » en fonc­tion du nombre de modi­fi­ca­tions qu’il a ordonnées, ne passe tou­jours pas. Boris Pal­mer, qui a été un inqui­si­teur impla­cable pen­dant les journées de médiation appelle encore à la résistance. Avec « ©sistance plus », et « argu­ments plus ».

La médiation de Geiß­ler a eu un énorme effet au niveau natio­nal. Mais dans la ville, laquelle veut encore « oben blei­ben » [res­ter à la sur­face], en fait aucun effet. La Deutsche Bahn a toutes les cartes en mains, et peut relan­cer les tra­vaux quand elle veut, ou presque. En ce moment, le patron de la DB tente de négocier le paie­ment des modi­fi­ca­tions ordonnées. Dernière ligne droite ?

Peut-être pas. Si les oppo­sants au pro­jet par­viennent à main­te­nir une telle pres­sion, à main­te­nant moins de quatre mois des élections, il faut réfléchir.

Le problème des Verts, fer de lance de la résistance, « plus » ou pas, est la cam­pagne que les par­tis de droite viennent de lan­cer. Les Verts, ne seraient qu’un par­ti contes­ta­taire. Rien de plus. Ils seraient contre tout, et pour rien.

Mais dans le cas de Stutt­gart, le pro­jet « K21 », appuyé par les verts, est, jus­te­ment, un vrai pro­jet. Un pro­jet qui tient la route, au moins sur le papier. La moder­ni­sa­tion de la gare exis­tante est séduisante.

Logique d’entreprise et d’argent contre une popu­la­tion tou­jours plus créatrice… J’attends la suite !

Pentax K-5 : après un mois…

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal,Photo — le lun 13 Déc 2010 à 00:15

J’ai reçu il y a un mois, exac­te­ment, par la poste, un paquet qui conte­nait un cadeau : un Pentax K-5. J’utilisais depuis un petit peu plus de dix mois son prédécesseur : le K-7, lequel remplaçait mon K20D, décédé après une chute stu­pide. La différence entre le K20D et le K-7 était plus impor­tante, au niveau « hard­ware » (j’entends par là le boi­tier, et les diverses fonc­tions, l’ergonomique, etc.) que celle entre le K-7 et le K-5. Par contre, au niveau de qua­lité d’image, la différence est plus grande entre le K-5 et le K-7 qu’entre le K-7 et le K20D.

Après un mois d’usage du K-5, bilan pro­vi­soire.

1. Les sujets sur les­quels je n’ai rien à dire

  • le mode vidéo : je ne l’utilise pas, et je n’ai pas l’intention de l’utiliser. Si je vou­lais faire des films, je m’achèterais une caméra. Je déplore l’introduction du mode vidéo dans les appa­reils de Pentax. J’imagine que le département Mar­ke­ting a eu son mot à dire. L’argent uti­lisé en développement du mode vidéo aurait pu être mieux dépensé.
  • les « réglages d’image » (cou­leurs, satu­ra­tion, « affûtage », etc.) : je n’ai pas pris une pho­to direc­te­ment en JPG depuis au moins deux ans. Je rêve du jour où Pentax aura le cou­rage de sor­tir un appa­reil amputé de tous ces réglages super­flus. Filtres, effets, etc. Je n’en ai rien à dire, ni à faire. Encore une fois, le département Mar­ke­ting a outre­passé son rôle. Le K-5 étant pra­ti­que­ment ven­du comme un appa­reil « pro­fes­sion­nel », je ne vois pas l’intérêt des gad­gets qui encombrent les menus de l’appareil.

Natu­rel­le­ment, ce n’est que mon avis. 9 « modes » d’image (« natu­rel », « estompé » « sans blanchîment (?!!) ») qui ne me servent à rien sinon qu’à être fainéant… Quand on parle d’appareil pho­to digi­tal, ça suggère l’utilisation d’un ordi­na­teur, lequel peut par définition tout faire *mieux* qu’un appa­reil pho­to, quel qu’il soit.

2. Les sujets « hard­ware » sur les­quels j’ai des choses à dire :
Le « corps » du K-5 est iden­tique à celui du K-7, à quelques détails optiques près :

  • La molette « modes de prise de vues » est plus haute que celle du K-7. Petit détail d’ergonomie qui témoigne de l’intérêt de Pentax pour le pho­to­graphe. À la sor­tie du K-7, des tas de gens ont cri­tisé cette molette qu’il faut « débloquer » avant de l’utiliser. Il faut tout de même admettre aujourd’hui qu’elle plait : Canon pro­pose sur ses modèles pro­fes­sion­nels une modi­fi­ca­tion (150€, tout de même) de leur molette, per­met­tant un blo­cage « Ã  la Pentax ». J’en suis per­son­nel­le­ment un par­ti­san farouche. Le fait qu’elle soit plus haute m’est, per­son­nel­le­ment, indifférent, mais je suis tou­ché de l’attention.
  • Le bou­ton « RAW » est également mar­qué « Fx ». C’est peut-être un détail pour vous, mais pour moi, ça veut dire beau­coup, si j’ose dire. Aha. Le bou­ton « RAW » était, depuis le K10D des­tiné à ceux qui tra­vaillllent en JPG. En appuyant sur le bou­ton, on pou­vait avoir un RAW sans devoir pas­ser par un menu. Mais pour ceux qui tra­vaillent en RAW ? Intérêt : nul. D’où la men­tion « Fx ». On peut réassigner au bou­ton d’autres fonc­tions plus utiles à ceux qui n’utilisent pas de JPG. Même si j’aurais pu ima­gi­ner d’autres réassignations encore plus utiles (pour *moi*) à ce bou­ton que celles proposées, l’idée est tout sim­ple­ment excel­lente. Encore un détail qui me prouve que Pentax pense à ses uti­li­sa­teurs.

3. Les sujets « fonc­tions » sur les­quels j’ai des choses à dire :

  • Les 5 « users » sont un rêve que j’avais depuis mon pre­mier appa­reil digi­tal. Depuis le K10D, j’avais à ma dis­po­si­tion un mode « user », qui me per­met­tait de rap­pe­ler en une frac­tion de secondes une série de paramètres de prise de vues. Par exemple, les paramètres pour quand je tra­vaille au flash. Mais sur le K-5, j’ai *cinq* séries de paramètres au bout des doigts. Ce n’est pas nou­veau, Sony par exemple avait ça depuis des années, mais c’est nou­veau et très bien­ve­nu chez Pentax.
  • La rapi­dité de prise de vues. Que dire : sept images par seconde. Avec des RAW, je peux faire ça pen­dant plus de trois secondes. C’est confort. Point. Sinon, j’ai accès à un mode moins rapide (trois images par secondes). La rapi­dité maxi­male du K-7 était de cinq images par secondes.
  • L’autofocus est meilleur. Il est tout sim­ple­ment plus rapide. L’autofocus est depuis des années un des points faibles chez Pentax. Je n’ai pas les éléments pour le com­pa­rer avec celui des concur­rents, mais je sais que je suis beau­coup moins déçu de l’autofocus du K-5 que de celui du K-7. Je suis plus tran­quille, et c’est bien.
  • Les priorités de l’auto-focus. Lorsqu’on pho­to­gra­phie par rafales, il peut être intéressant de choi­sir entre une prio­rité à l’autofocus (on peut par­fois pas prendre autant de pho­tos qu’on le vou­drait, l’appareil attend une confir­ma­tion d’autofocus), et un mode « vitesse » où l’appareil tra­vaille aus­si vite qu’il le peut, sans se poser de ques­tions. Ça peut être utile.
  • Les deux auto­fo­cus « auto­ma­tiques ». Je n’utilise que rare­ment ce mode d’autofocus, mais il peut être intéressant de limi­ter le champ de l’autofocus à une par­tie du viseur contrai­re­ment au viseur entier. Bien vu. Je déplore seule­ment que le champ limité soit par définition le centre du viseur.

Mais quand on com­pare le K-7 et le K-5, le point de com­pa­rai­son prin­ci­pal n’est pas là.

4. la qua­lité d’image

  • Le cap­teur : Le K-7 était (on sup­pose) équipé d’un cap­teur Sam­sung, hérité (on sup­pose) du K20D. Ne nous mécomprenons-nous pas : il n’était pas *mau­vais*. Je n’avais pas trop d’états d’âme à lais­ser mon auto-ISO entre 100 et 2000 ISO. Par­fois même jusque 3200 ISO. Ce n’est pas ridi­cule. Mais en pas­sant au K-5 (équipé —on sup­po­se— d’un cap­teur Sony, iden­tique à celui qu’utilise le Nikon D7000), on passe à l’étage supérieur. Mon auto-ISO est réglé sur 80 — 5000 ISO. Le cÅ“ur léger. Et c’est bien.
  • La « dyna­mique » du K-5 est, à ce qu’il parait, tout sim­ple­ment hors-pair. La dyna­mique mesure la « lar­geur » du champ entre le moment où la lumière dis­pa­rait dans le blanc pur et celui où la lumière dis­pa­rait dans le noir. Par exemple, la pho­to que j’ai postée l’autre jour dans Mille vingt-quatre pixels était, en fait, dans l’écran de mon appa­reil, *noire*. J’ai pu tout de même en extraire cette pho­to.

5. Pour résumer :
Mon achat du K-7 m’a été pra­ti­que­ment imposé. Disons que je n’ai pas su résister à l’offre financière que Pentax m’avait faite. Mais sans cela, j’aurais racheté un autre K20D, et j’aurais été tout à fait heu­reux avec. Comme « upgrade » d’un K20D, le K-7 ne se jus­ti­fiait en fait pas. Mais le K-5 est d’un tout autre calibre.

Sincèrement, je m’imagine très faci­le­ment avec mon K-5 dans au moins cinq ans. Je ne lui connais pas de point vrai­ment faible. N’oubliez pas que je n’ai parlé que des fonc­tions nou­velles que j’utilise. Mais par exemple j’ai dans mon viseur en per­ma­nence un indi­ca­teur qui me dit si je suis mon appa­reil droit ou pas. Même les appa­reils les « pro » de Canon ou Nikon n’ont pas ça. Les tests qui ont déjà faits indiquent que le K-5 est pro­ba­ble­ment pour le moment le meilleur appa­reil pour ce for­mat, toutes marques confon­dues.

Je suis vrai­ment très heu­reux de mon K-5.

Non à la censure…

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le jeu 9 Déc 2010 à 01:07

Le trai­te­ment « admi­nis­tré » au site Wiki­leaks m’agace.

Si je suis obligé de vous expli­quer ce qu’est wiki­leaks, vous vous êtes réveillés beau­coup trop tôt : le prin­temps est encore loin, ren­dor­mez-vous tran­quille­ment. Par contre, si vous ne lisez que la presse clas­sique pour com­prendre le trai­te­ment et son pour­quoi, peut-être que je peux vous aider. Ou plus exac­te­ment peut-être que cet article dont j’ai trouvé une ver­sion fran­co­phone peut vous aider. Lisez le conte­nu de l’encadré gris. Et de là, vous sau­rez pour­quoi je suis agacé.

Mais, comme nous le dit très jus­te­ment L’Electronic Fron­tier Foun­da­tion, ce n’est que le début d’une affaire beau­coup plus impor­tante. Le site est anglo­phone, désolé.

Sou­te­nir Wiki­leaks (dont EFF est un des sou­tiens légaux dans cer­tains procès aux USA), c’est également se battre pour la liberté d’expression de cha­cun. Laquelle ne va visi­ble­ment plus de soi, dans un monde où un simple coup de fil d’un sénateur américain peut faire fer­mer un site, déclaré « illégal »… sans avoir été même condamné par la « jus­tice ».

Vrai­ment, ça m’agace. Même si Wiki­leaks n’est en fait pas fermé. Il en cir­cule plus de mille copies actives. Le cas Assange (le chef de Wiki­leaks) n’est *pas* à confondre au cas « Wiki­leaks ».

Il faut sau­ver le sol­dat Wiki­leaks. Je sais où trou­ver mon député. Et vous ?

Le lendemain…

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal,Stuttgart 21 — le mer 1 Déc 2010 à 11:38

Voilà.

«Stuttgart 21 » c’est fini…

Non, j’rigole… :)

Enfin fini un petit peu quand même. Disons que la médiation est finie. Et encore…

Bon. Je cesse de ten­ter de réfléchir, je mets tout sur la page, et vous triez vous-mêmes.

La journée a com­mencé un petit peu solen­nel­le­ment. Il faut dire qu’il y avait du beau linge à la corde, hein. Le pre­mier ministre Map­pus (il avait fait une appa­ri­tion le pre­mier jour, mais était par­ti à midi man­ger —on ne l’a plus revu dans la salle avant ce matin), le patron de la Deutsche Bahn, Grube, qui n’avait jusque ce jour pas dai­gné d’honorer le petit peuple de sa présence, et il y avait aus­si le maire de Stutt­gart, Schus­ter, lequel n’avait pro­ba­ble­ment pas trouvé la salle avant aujourd’hui. Notez c’est un petit dom­mage, je trouve : ils sont ceux qui ont pro­vo­qué la crise, tout de même.

Du coup, dans le camp des « pour », les vaillants petits sol­dats qui en ont pris plein la tête pen­dant les six semaines étaient relégués au deuxième rang, comme les cancres.

Le médiateur, Geiß­ler, a com­mencé à présenter tout le monde. Non : le pre­mier rang. Il a, tout sou­rire, com­mencé à pour­rir la matinée de Gru­ber, en lui disant, sous cou­ver­ture de plai­san­te­rie, tout le mal qu’il pense sur l’état de la Deutsche Bahn. Il regrette que les auto­mates aient rem­placé les gui­che­tiers, par exemple.

Ensuite, il a lancé la dernière de médiation : cha­cun des par­ti­ci­pants (du pre­mier rang) avaient cinq minutes pour leur « plai­doyer ».

Les « pour » ont com­mencé. Ils ont res­pecté les formes, remer­ciant Geiß­ler pour son tra­vail. Deux entre eux, ont fait un mea culpa dont j’espère qu’il était sincère : ils ont regretté que le tra­vail effec­tué pen­dant la médiation n’ait pas été fait avant. Ils ont pro­mis, l’un pour la DB et l’autre pour le gou­ver­ne­ment, que on ne tra­vaille­ra jamais plus comme ça. ©rie tota­le­ment sans intérêt, à part la phrase de Map­pus, dans laquelle il a dit qu’on n’avait jamais eu une telle occa­sion en Alle­magne à part à Ber­lin après la chute du mur. Il par­lait immo­bi­lier.…

La riposte n’a pas tardé. Le pre­mier « contre » à par­ler a indi­qué, en pas­sant, qu’à son avis Stutt­gart per­sonne n’a envie d’avoir une Pots­da­mer Platz [le « coeur » hideux du « nou­veau » Ber­lin construit après la chute du mur]. Les « contre » ont été plus agres­sifs. Et sur­tout beau­coup plus passionnés.

Une fois le tour de table fini, Geiß­ler a demandé une heure de patience pour s’entretenir avec les « pour », puis avec les « contre ».

Il est reve­nu cinq heures plus tard. Et il a ren­du son ver­dict. Son ver­dict était prévisible : il a recom­mandé un cer­tain nombre de chan­ge­ments au pro­jet, les­quels sou­lignent les points sur les­quels les « contre » avaient mené le plus gros de leurs charges. Il a avoué que le pro­jet alter­na­tif des « contre » était fai­sable, et appa­rem­ment il lui plai­sait bien, mais il a dit qu’il ne pou­vait pas le recom­man­der pour rai­sons financières (le DB avait annoncé que le renon­ce­ment à son pro­jet venait accom­pa­gné d’une fac­ture de plus d’un mil­liard d’euros, ce qui natu­rel­le­ment fait un petit peu peur…)

Le juge­ment :

  • il a préconisé la création d’un cadre légal empê­chant la spéculation au sujet des ter­rains « libérés » par l’enterrement de la gare, deman­dant que ces ter­rains soient utilisés à autre chose que les centres com­mer­ciaux prévus. La ville semble avoir accepté ça, en ser­rant les dents, tou­te­fois. À suivre.
  • il a exigé que les arbres cen­te­naires du parc soient épargnés : sauf mala­die « mor­telle », les arbres devraient, le cas échéant être transplantés, pas abat­tus. Pas négociable. À suivre.
  • il a exigé que la DB prouve que dans sa confi­gu­ra­tion du moment le pro­jet pou­vait accep­ter une aug­men­ta­tion du tra­fic d’au moins 30%, et si non, il recom­mande que le pro­jet soit modi­fié, avec entre autres l’ajoût de deux quais à la nou­velle gare sou­ter­raine. La DB com­mente, avec un sou­rire crispé, que le test ne pose aucun problème, facile, les doigts dans le nez. Ton­ton, pour­quoi tu tousses ? À suivre plus que le lait sur le feu.
  • il a allumé les condi­tions d’accès des handicapés à la gare, et au plan de sécurité en général. Ça fait sérieux.

J’en oublie cer­tai­ne­ment.

Les « pour » ont pavané, tous sou­rires devant les caméras, mais avec une rai­deur qui avait un je-ne-sais quoi genre « manche à balais dans le cul », les « contre » ont pris acte, sou­li­gné que le « pro­jet le mieux pla­ni­fié du monde » avait appa­rem­ment des lacunes sérieuses, que leurs remarques avaient visi­ble­ment du bon, mais ils ont annoncé qu’ils ne renonçaient pas à leur pro­jet alter­na­tif. Les manifs vont reprendre.

Seul point com­mun à tout les par­ti­ci­pants : ils ont, avec Geiß­ler, enterré le pro­ces­sus exis­tant concer­nant les « grands » pro­jets. Ils ont pro­noncé le nom de la Suisse avec une insis­tance ras­su­rante. Geiß­ler a lui carrément recom­mandé un pro­ces­sus en trois étapes :

  • une définition du pro­jet (qu’est-ce qu’on veut faire), sou­mise à refe­ren­dum
  • une définition du plan (com­ment on veut faire ça), sou­mise à refe­ren­dum)
  • une fois tout ça dûment accepté, les tra­vaux

Gagnants et per­dants : tous les par­ti­ci­pants ont per­du, au moins en par­tie. Tous les autres, c’est à dire la popu­la­tion de Stutt­gart, et plus lar­ge­ment la popu­la­tion alle­mande a gagné : per­sonne ne pour­ra plus leur enfon­cer dans la gorge un pro­jet du genre «Stuttgart 21 ». Mais ils vont pro­ba­ble­ment tout devoir ava­ler « Stutt­gart 21 plus ».

Les comp­tables de la DB ont très cer­tai­ne­ment passé une sale nuit. Com­bien pour toutes ces modi­fi­ca­tions, et qui va payer ? Ce matin, en urgence, le Bun­des­tag met « Stutt­gart 21 plus » (le sobri­quet que Geiß­ler a uti­lisé) au menu. Le but, sau­ver le pro­jet.

Au niveau local, cer­tains ont per­du cer­tai­ne­ment beau­coup d’argent dans l’affaire, sur­tout si la ville fait ce qu’elle a pro­mis au niveau des ter­rains construc­tibles libérés.

Geiß­ler a gagné son pari. Il n’avait peu de cer­ti­tudes quant sa capa­cité à trou­ver un com­pro­mis entre une gare de sur­face et une gare sou­ter­raine, mais il avait misé sur la mise à mort du « bas­ta busi­ness ». Il semble avoir vrai­ment gagné.

Je crois que il y aura un jour avant, et un jour après Stutt­gart 21.

Il y a pas mal à parier que Stutt­gart va reprendre le che­min de la rue. Voyons si « Stutt­gart 21 plus » lui résistera…

Moteur du site : wordpress 4.9.3 - Thème : «Back in Black 2» crée par Frederic de Villamil (traduit en français par amnesix)