Il faut tout tenter …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le ven 29 Fév 2008 à 20:26

C’est pas joli-joli, en fait. La môme Rama Yade, m’âme Droits-d’l’homme du gou­ver­ne­ment recon­ver­tie en avo­cat de la Solu­tion Finale pour (et en fait natu­rel­le­ment *contre*) les pauvres. Le gou­ver­ne­ment de la Nation se par­fume au Mal­odore. Si vous avez oublié le nom, je vous offre une piqûre de rap­pel.

Ben oui. Il faut tout ten­ter. Genre hier, Sar­ko­zy prêt à aller dans la jungle pour libérer Betan­court, ou bien, ou plutôt simultanément, reprendre l’initiative sur le pou­voir d’achat, annon­cer qu’on va arrê­ter de gen­dar­mer l’Afrique (rien que ça …), et essayer de faire oublier l’opération Shoah.

Et pour oublier la vague Mal­odore ?

J’attends demain avec impa­tience. La création au pou­voir !

Plus dure sera la chute …?

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le jeu 28 Fév 2008 à 09:11

Le petit Nico­las fait en ce moment l’expérience surnommée «regarde le plon­geon des son­dages d’en bas», et appa­rem­ment il est, en plus, mau­vais joueur.

Mais il y en a un autre qui fait la tête. Chez nous. Le ministre de l’intérieur. Le mon­sieur (il s’appelle Schäuble, pro­non­cer [cho-ï-ble]) a vu hier la cour suprême de l’Allemagne lui tor­piller son pro­jet jou­jou : la sur­veillance des ordi­na­teurs privés. La cour a hier décidé que ça peut être assi­milé à la sur­veillance du cour­rier, et ça c’est un tan­ti­net tabou.

Donc, Schaüble a un petit peu gagné : le prin­cipe est admis. Mais les res­tric­tions (en cas de menaces concrètes contre des vies humaines, et recours systématique à un juge) sont telles que mon Schaüble, tout à son fan­tasme sécuritaire (qu’il doit très pro­ba­ble­ment à une ten­ta­tive d’assassinat -il a reçu 3 balles dans le dos tirées par un dingue- qui l’a condamné à la chaise à rou­lettes), est déjà au tra­vail à l’écrire une nou­velle loi qui lui per­met­trait d’éviter cet écueil.

Les Alle­mands sont en général pas très flexibles en ce qui concerne les prin­cipes écrits dans la consti­tu­tion …

Exclusif ! Xenu à la sortie de la douche …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal,Xenuphobe ... — le mar 26 Fév 2008 à 19:42

Pho­to volée par notre intrépide pho­to­graphe.

Comme quoi, même pour un dieu inter­ga­lac­tique, pour les gon­zesses, c’est pas facile tous les jours, hein …

La proie pour l’ombre : une fable footballistique …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le mar 26 Fév 2008 à 09:21

La hon-te. Ima­gi­nez une minute la scène : dans un coin d’un ter­rain de foot, une demi-dou­zaine d’athlètes en train de s’autocongratuler, avec des bises, des bour­rades viriles, à la limite du touche-pipi de masse public. Ils avaient mis un but. C’est même pas très drôle, car main­te­nant (mal­heu­reu­se­ment) cou­rant.

Ima­gi­nez encore un petit peu, donc. Nos héros, tous à leurs attou­che­ments, entendent sou­dain leurs coéquipiers hur­ler. Ils tournent la tête, et assistent, médusés à la scène sui­vante : l’équipe adverse, l’arbitre et ceux de leurs coéquipiers qui n’étaient en train de par­ti­ci­per à la fête étaient tous de l’autre côté du ter­rain. Et, là-bas, léquipe adverse est aus­si en train de faire la fête. Curieu­se­ment, leurs coéquipiers sont en train de les insul­ter copieu­se­ment.

Que s’est-il passé ?

Facile. Le but mar­qué par nos «héros » n’a pas été accordé par l’arbitre. Mais nos fê­tards n’ont pas fait atten­tion à l’arbitre. Alors le jeu a conti­nué. Sans eux. Et l’équipe adverse, en «léger » sur­nombre n’a pas eu beau­coup de mal à en mettre aus­si, un but. Un que l’arbitre a accordé.

Les din­dons de la farce ? le très pres­ti­gieux Real Madrid.

Le Real pleure à l’injustice. L’arbitre aurait du attendre que la touche-pipi par­ty se ter­mine avant de lais­ser le jeu conti­nuer.

Le reste du monde (ceux qui s’intéressent au foot, moins les fans du Real) essaye de reprendre son souffle après la crise de rire générale.

Vous croyez qu’ils vont pas­ser pro ?

Xenuphobie : une bonne maladie …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal,Xenuphobe ... — le lun 25 Fév 2008 à 23:16

Où les sectes vont-elles se nicher ? Eh bien aus­si dans des crèches. Aujourd’hui une crèche a été fernée. Pour­quoi ? Elle n’accueillait que les enfants de membres. C’est la ville de Munich qui a décidé la fer­me­ture. Motif :

Die inhalt­li­chen und metho­di­schen Grundsätze von Scien­to­lo­gy tra­gen den ver­fas­sung­srecht­li­chen und sons­ti­gen gesetz­li­chen Vor­ga­ben, vor allem dem Recht des Kindes auf freie Ent­fal­tung der Persönlichkeit (Arti­kel 2 Absatz 1 Grund­ge­setz, Arti­kel 101 Baye­rische Ver­fas­sung) sowie dem Recht auf Erzie­hung zu einer eigen­ve­rant­wort­li­chen und gemeinschaftsfähigen Persönlichkeit nicht Rech­nung, so wie dies in Para­graf 1 des Sozial­ge­setz­buches VIII veran­kert ist.

En résumé : les méthodes et l’enseignement de la scien­to­lo­gie contre­dit le droit à l’enfant au libre développement de la per­son­na­lité.

Prends ça. Xenu !

Casse-toi alors, pauvre con …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le lun 25 Fév 2008 à 07:16

Nico­las Sar­ko­zy s’est exprimé de manière à ce que son inter­lo­cu­teur le com­prenne ; je trouve cela très bien que le président de la ©publique s’exprime comme chaque Français

Brice Hor­te­feux, ministre de la ©publique, cité par Ouest-France.

Main­te­nant, vous me gon­flez avec vos ques­tions à la con, faites pas chier.

Nico­las S., vÅ“ux à la presse de l’année prochaîne

Vivement Diman… ho, merde !

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le dim 24 Fév 2008 à 10:14

On est *déjà* dimanche. Si vous par­ve­nez à y croire.

Sans rire, c’est rare que je reste si long­temps sans écrire ou publier une pho­to. Je pour­rais (ten­ter de) vous expli­quer pour­quoi, mais je n’ai pas envie de lar­moyer sur mon sort. Au moins pas aujourd’hui. Non-non.

L’autre jour on par­lait avec Vio­la de films, et il y a une série de titres qui m’est venue en tête : Tan­dem d’abord. Et celui-là a été le déclic pour la suite. La suite : Le crabe tam­bour (sui­vant la trace Roche­fort), puis Les grands ducs, et de là j’ai dérivé sur Marielle, et je suis arrivé aux galettes de Pont-Aven.

Je me demande com­bien de ma poignée de lec­teurs ont vu au moins un de ces films. Non que ça ait une quel­conque impor­tance, notez, mais tout de même.

Je n’ai pas revu un de ces films depuis au moins 10 ans, mais les images que j’ai dans la tête … non, jus­te­ment, pas des images. Je n’ai pas d’images en tête. Mais je me sou­viens de ces per­son­nages tous hau­te­ment impro­bables. Des numéros d’acteurs fabu­leux. Et tiens, tant que j’y suis, avez-vous vu Vive­ment dimanche ?

Mes­sage per­son­nel : Loïc, c’est l’arbuste que tu nous as offert il y a presque deux ans.. Il est déjà plus grand que moi.

Plein – le – culte !

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal,Xenuphobe ... — le jeu 21 Fév 2008 à 19:05

Vous allez rire, mais hier matin j’étais très absorbé par une série d’articles pasion­nants. Leur thême : Xenu, ses aco­lytes, et leurs vic­times. Et hier soir, je tombe sur les déclarations de m’ame Mignon. M’ame Mignon n’a pas de problèmes avec les sectes. Bon.

Mais là où elle m’agace un tan­ti­net, m’ame Mignon, c’est quand elle nous explique qu’elle ne connait pas la Xenu Com­pa­ny (pour appe­ler les choses par leur nom, l’église de Scien­to­lo­gie).

Quand on est chef de cabi­net d’un président, même le notre, on a *le droit* de savoir de quoi on parle. Sur­tout quand, d’après Le Monde on en parle ain­si :

« Soit ces mou­ve­ments troublent l’ordre public et abusent de la fai­blesse psy­cho­lo­gique des per­sonnes et dans ce cas ils doivent être pour­sui­vis ; soit ils ne troublent pas l’ordre public et ils doivent alors pou­voir exis­ter nor­ma­le­ment, conformément au prin­cipe de la liberté de conscience. » Un prin­cipe qui vaut pour l’Eglise de scien­to­lo­gie, précise-t-elle dans un entre­tien au Figa­ro du 21 février.

Alors, m’ame Mignon, voi­ci quelques liens vous per­met­tant de faire plus ample connais­sance avec Xenu etc, :

  1. En France, la Scien­to­lo­gie et la jus­tice
  2. En Europe, la Scien­to­lo­gie et la jus­tice
  3. Les Alle­mands gardent la Scien­to­lo­gie à l’Å“il, en atten­dant plus.
  4. Les ano­nymes aus­si en ont plein le culte

Bon. Je n’ai pas besoin de me mettre en colère ces jours-ci. On se calme. Mais, m’ame Mignon, et aus­si mon petit Nico­las, il fau­drait voir à arrê­ter les conne­ries. Rapi­de­ment.

On est dimanche !

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Galerie,Journal — le dim 17 Fév 2008 à 18:29

Donc j’ai le droit (auto­con­firmé) de mettre autant de pho­tos sur la page du dimanche. On est allés se bala­der tran­quille­ment à Tegel. His­toire de taqui­ner la faune locale. Sur le che­min, cela dit, Noi­sette était là. Clic-clac.

Pour honnête, «Noisette » est dans ma tête un nom com­mun. J’ai pris une pho­to d’un Noi­sette. J’imagine que vous com­pre­nez ce que je veux dire. Mais je n’ai pas de générique pour «Canards » autre que … «Canard ». Mais bon …

Notez que dans mon voca­bu­laire à moi, il y a un autre générique : Salaud. Ça remonte à aus­si loin que ce site.

Il y a ou j’ai l’impression de voir un vieux film de guerre, genre «Le retour du Baron Rou­ge», ou quelque chose de ce genre. Les goélands sont des acro­bates extra­or­di­naires. Tant que tu as du pain dans la main.

Heu­reu­se­ment, à Tegel, il y *tou­jours* quelqu’un avec un sac de pain. Les oiseaux là sont *vrai­ment* bien nour­ris …

En quit­tant la pro­me­nade (la «Greenwich Pro­me­na­de», pour être précis, dont le nom vous confirme immédiatement que vous êtes bien à Ber­lin, natu­rel­le­ment), on a essayé de trou­ver un che­min. On ne l’a pas trouvé, alors on a tracé à tra­vers les bois. On a peut-être pas vu les balises …

Non. Je n’en ai aucune idée. Vrai­ment aucune.

Crépuscule des retraités …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le ven 15 Fév 2008 à 20:23

D’accord, l’idée de départ pour le titre de la pho­to c’était «crépuscule des vieux», pour des rai­sons évidentes pour tout fan de Wag­ner, mais le titre actuel est plus près de la réalité.

Je suis retraité. Et ça va prendre effet, en fait, au début du mois. Seule­ment voilà : je suis vic­time d’un hold-up. Car le jour où la retraite alle­mande com­mence, toutes les autres pres­ta­tions (notam­ment le chômage, lequel est pour le moment mon seul reve­nu) cessent. Et la retraite alle­mande, on peut l’imaginer, vu que j’ai eu mon petit problème de santé deux mois après que j’aie com­mencé à tra­vailler en Alle­magne, elle se monte tout de même à … [rou­le­ment de tam­bour] 10,42€ men­suels ! Donc je perds 610€ par mois. Argl.

Ho, natu­rel­le­ment ça va s’arranger.

En fait, c’est la retraite française qui me pose un problème. Prin­ci­pa­le­ment. Ima­gi­nez que ma prise de contact avec l’administration française au sujet de ma retraite date du mois de juin. Mais depuis, zéro progrès. Offi­ciel­le­ment, la demande n’est arrivée que le 18 jan­vier 2008. Amu­sant de deman­der à la dame que j’ai eu au téléphone com­ment j’ai eu une lettre confir­mant mon dos­sier à Brest le 25 juillet (2007) si ma demande n’est arrivée que le 18 jan­vier (20008). La dame ne sait pas.

État des lieux chez la CPAM de Brest : ils attendent les tra­duc­tions. Je ne sais pas com­bien de temps ils vont prendre pour prendre une décision, mais le fait est que tant qu’ils n’auront pas pris leur décision, je reste à 10,42€ par mois. Je ne pour­rai faire appel en Alle­magne qu’après la décision française.

Notez que je me suis mis en rela­tion avec l’ambassade de France à Ber­lin, leur deman­dant si ils pou­vaient faire quelque chose pour essayer d’accélerer la procédure. Après échange de mails, il s’avère que l’ambassade n’a pas le téléphone. Enfin si, mais ils n’ont pas le droit d’appeler le numéro de la CPAM. Le ser­vice de l’ambassade en charge de ce genre de problèmes est privé de téléphone, et puisque appa­rem­ment toutes les CPAM ont des numéros de téléphone du type inter­dit … ça doit être calme, leur ser­vice.

Aaaah, l’Argentine …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le jeu 14 Fév 2008 à 22:58

Pho­to prise de … l’ascenseur. Je ne sais pas com­ment ce type d’ascenseur s’appelle en français. Je n’en ai jamais vu en France. J’en ai vu un au Dane­mark, et là. On était dans la rue, et Vio­la m’a pris par le bras, m’a fait entrer dans l’immeuble, et je me suis fait tom­ber la mâchoire sur le pied quand j’ai vu l’ascenseur.

Le nom en alle­mand, de ce type d’ascenseur, c’est «Pater nos­te­r ». Vous me sui­vez ?

Il n’y a pas de porte. et l’ascenseur ne s’arrête jamais. Il faut se syn­chro­ni­ser avec le truc si on ne veut pas se prendre une méchante gamelle. C’est *très* impres­sion­nant quand on n’a pas l’habitude. Donc c’est une série de cabines sans portes. Et si on rate le der­nier étage, pas de problème : on repa­rait de l’autre côté, du côté des­cente. Pareil avec le rez-de-chaussée.

Sans déconner, c’est tota­le­ment DINGUE. La pho­to est prise pra­ti­que­ment au niveau du sol, alors que je suis debout dans l’ascenseur. Dingue.

Indice : le dra­peau au fond à droite.

Tatort …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le mar 12 Fév 2008 à 19:23

Je me sou­viens de la première fois que j’ai vu Tatort. C’était chez ma mère. Elle était sur 13ème rue (ma mère adore Der­rick … et même K2000 …), et il y avait un générique (au goût dis­cu­table), et le titre TATORT s’est affi­ché. Et ma mère m’a demandé : «c’est qui, le com­mis­saire Tatort ? ».

Main­te­nant que j’habite Ber­lin, je peux répondre à la ques­tion.

Tatort, c’est une série policière alle­mande. On en est au 670ème épisode. Elle dure depuis 1970. Et ce n’est PAS Der­rick.

«Tatort», en alle­mand, signi­fie «sur le lieu du meur­tre ». Le concept est à première vue un petit peu désorientant, mais en fait c’est *très* bien fait. On ne tient pas 38 ans sans rai­son.

Tatort, depuis le début, ce n’est pas une équipe de poli­ciers, ou même un soli­taire genre Mai­gret. Ce sont en fait *quinze* équipes. Basées dans 15 villes différentes. Toutes très différentes. Les thématiques sont aus­si très variées. Par­fois c’est juste un polar. Mais par­fois c’est *très* social. Ou tota­le­ment dingue (l’équipe de Müns­ter, en ce moment, est hila­rante). Ou poli­tique.

Le truc, le truc qui rend cette série tel­le­ment atta­chante c’est, curieu­se­ment, qu’on ne sait en fait *jamais* quel genre de polar on va voir.

Comme je vous le disais, c’est pas Der­rick.

C’est chaque fois un plai­sir. Les épisodes sont tou­jours (très bien) «écrits ». Et ça se voit.

Comme un lundi …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le lun 11 Fév 2008 à 20:19

Sur la route du retour. On reve­nait de chez … qu’importe. Ça par­lait d’un de nos imbro­glios admi­nis­tra­ti­co – judi­ciaires. Et j’ai abso­lu­ment pas envie d’en par­ler.

La nou­velle du jour : à 5 heures (17 heures, pour les fana­tiques), il fait encore jour. Et c’est vache­ment bien. J’ai pris pra­ti­que­ment 100 pho­tos. Il y en a quelques unes que j’ai envie de vous mon­trer. Je crois que main­te­nant le dimanche je publie­rai les bonnes pho­tos que je n’ai pas eu la place de publier pen­dant la semaine.

De toute façon, je fais ce que je veux, dans la plus grande indifférence. [large sou­rire]

Robert et Raymonde, version urbaine …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le dim 10 Fév 2008 à 12:40

San Francisco, période rouge …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le dim 10 Fév 2008 à 12:38

C’est une mai­son rouge
à bord de voie ferrée
On y vient à pied, on ne frappe pas
Ceux qui vivent là, ont jeté la clé

Inpiré par la période bleue de San Fran­cis­co …

Champ de vision(s) …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le dim 10 Fév 2008 à 12:32

La colonne de la victoire, un matin de biture post love-parade …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le dim 10 Fév 2008 à 12:30

La pendule de Xenu …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal,Xenuphobe ... — le dim 10 Fév 2008 à 12:25

Illu­mi­na­tions à toute heure. Électropsychomètres Xenu : satis­fait ou rem­boursé !

Pointillisme, 100% garanti sans wabi-sabi(*)

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le dim 10 Fév 2008 à 12:19

(*) voir ici.

Que la bête meure !

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le dim 10 Fév 2008 à 12:06

C’est con, hein … le temps d’écrire ce titre, et la colère est retombée. Il n’est pas nécessaire, ni utile, de vous infli­ger les his­toires détailées des 4 ou 5 autres procès qui font notre quo­ti­dien.

Retour à la pho­to, et au bon­heur par­tagé.

Et toc.

Champ de bataille …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le ven 8 Fév 2008 à 20:33

On est en guerre. Je l’ai peut-être déjà dit, mais j’ai un petit de mal à me l’enlever de la tête. Je vais vous dres­ser un petit état des lieux :

Man­po­wer
C’est l’ancêtre. La guerre a com­mencé en juin 2006. Après quelques accro­chages, la bataille a eu lieu fin jan­vier 2006. Et on l’a gagnée. Le seul problème, c’est que Man­po­wer, condamné à me ver­ser de l’argent et à me faire des bul­le­tins de salaires et des papiers admi­nis­tra­tifs cor­rects, a décidé de ne pas tenir compte du juge­ment. Donc ils en sont si j’ai bien com­pris à 50 000€ d’amende (mais c’est pas pour moi). La semaine dernière, on a gagné une seconde bataille : le juge les a condamnés à une (petite) somme d’argent (pour nous, cette fois) et met un dis­po­si­tif des­tiné à obli­ger Man­po­wer a me faire les papiers dont j’ai un besoin cru­cial. Le gérant est *per­son­nel­le­ment* garant : si ils ne s’exécutent, il paye la note. Per­son­nel­le­ment. En bon Alle­mand, ça veut dire qu’il va en cabane. On attend avec impa­tience de savoir si ils vont céder. Sachant que de toute façon il y aura une troisième manche : le fait que Man­po­wer ait refusé d’exécuter le juge­ment, on va se retrou­ver à l’étage du des­sus. Cour du Bran­de­bourg («Land») plutôt que Ber­lin. Ça ne rigole pas.
Moyens humains : Vio­la et une avo­cate (en fait c’est Vio­la qui lui dicte ce qu’elle doit dire, et l’avocate n’est pas ter­rible, mais elle ne coûte rien, ou presque).

Win­ter­thur / leur agence de recou­vre­ment
L’assurance de Vio­la. Ils ont prétendu que Vio­la ne les avait pas payés. Ça a esca­ladé, et on s’est retrouvés au tri­bu­nal. On a gagné, natu­rel­le­ment. Mais le bureau de recou­vre­ment s’en fout. Ils nous ont déjà envoyé deux huis­siers. À chaque fois, on montre à l’huissier le juge­ment, l’huissier déclare la créance nulle, et rentre chez lui. Le problème est que les juges sont tel­le­ment encombrés que un bureau de recou­vre­ment («Inkasso») n’a aucun problème pour représenter la même créance. Son seul problème est de dilli­gen­cer à chaque fois un nou­vel huis­sier. Il y a des mil­liers. C’est un problème bien connu. En plus, ils uti­lisent des moyens «limite ». Ils prétendent être juges. Notre lettre s’intitulait : «avis de sai­sie ». Il n’y a natu­rel­le­ment aucun avis de sai­sie contre nous. Mais l’idée est expliquée dans la dernière ligne. On nous offre généreusement la pos­si­bi­lité d’éviter tout ça on payant.
La solu­tion serait natu­rel­le­ment que Win­ter­thur siffle les chiens pour les ren­voyer à la niche. Mais ça dure … et tout ce que l’Inkasso récupère, il le garde.
Moyens humains : la même avo­cate jusqu’au juge­ment, et ensuite Vio­la.

Vous savez quoi ? Je crois que je vais m’arrêter pour aujourd’hui. La suite demain.

La HEK

La belle et la bête …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Aphasie,Journal — le mer 6 Fév 2008 à 07:28

©jà, l’anniversaire, en fait, c’est aujourd’hui. J’étais per­suadé, hier, qu’on était le 6.

Ha-ha.

À chaque fois qu’on prend le bus (le M21, en tout cas), on passe à côté de la fin des pistes de l’aéroport de Tegel. Et Tout au bout des pistes, il y a un tas de trucs exposés là. Et à chaque fois je me dis que je devrais y aller, et enfin on l’a fait.

C’est un musée. Le «musée des alliés ». Notez que je n’en sais pas beau­coup plus qu’avant, vu que c’était fermé. Mais j’ai au moins pu voir de plus près le bazar qui est exposé dehors. On voit un mira­dor, trois avions, un char d’assaut, et (pour la première fois, jusque là je ne l’avais jamais repéré) un incroyable wagon mili­taire américain.

La pho­to ne nous montre pas vrai­ment, mais ce wagon est tout sim­ple­ment énorme. En tout cas il me fait une énorme impres­sion. C’est un monstre. Il faut que j’arrive à ren­trer là his­toire de le voir de plus près.

Pour prendre la pho­to, il a fal­lu taton­ner. J’ai tenu l’appareil à bout des bras, parce qu’il y un mur entre le wagon et moi. Et il y a aus­si un grillage. C’est pour ça que les bords de la pho­to sont bizarres.

Entre le wagon et moi, il y a également un avion. Si vous ne l’avez pas recon­nu, c’est le Fou­ga Magis­ter. Moi je l’ai vu pour la première fois au Bour­get, en exhi­bi­tion avec la patrouille de France. De l’avoir trouvé là en train de rouiller, je me suis sur­pris à l’identifier sans hésiter. J’ai eu un flash, je me suis revu au Bour­get.

C’est mar­rant, la mémoire.

Ça fait deux ans que je me demande si, en plus d’aphasie, je ne souffre pas également d’amnésie. Par exemple, au niveau de la musique. Pour toute per­sonne qui m’a connu, j’étais un juke-box humain. Je pou­vais instantanément iden­ti­fier un mor­ceau que j’entendais, et par­fois même quand je ne l’avais jamais enten­du. Je pou­vais en quelques notes iden­ti­fier un cer­tain nombre de gui­ta­ristes, de bas­sistes. Et main­te­nant … même mes mor­ceaux préférés, dont cer­tains que j’ai écouté des cen­taines de fois, des mor­ceaux que je connais depuis faci­le­ment 20 ans, ces mor­ceaux qui fai­saient par­tie de moi, me sont deve­nus ano­nymes.

Par «anonymes», j’entends que par exemple je suis sou­vent inca­pable de dire du mor­ceau que j’entends com­ment il s’appelle. Ni qui le joue. Je ne suis plus capable de le fre­don­ner, même pen­dant que je l’entends.

C’est pro­ba­ble­ment le dégât le plus grave que j’ai subi avec cet acci­dent. Je me suis (pas de très bon gré, certes, mais tout de même) habi­tué à ne plus être capable de par­ler, à m’exprimer cor­rec­te­ment. Je vis avec. Mais d’avoir per­du ma musique …

J’ai aus­si per­du mes livres. Je suis en train de [re-] lire la monu­men­tale his­toire de la guerre d’Algérie d’Yves Courrière. J’en suis au troisième tome. Et l’auteur met des notes de bas de pages genre «voir tome  ». Et je suis inca­pable de me sou­ve­nir. C’était il y deux semaines.

Je ne sais pas si c’est tech­ni­que­ment de l’amnésie. Et en fait, natu­rel­le­ment, je m’en fous, de savoir com­ment ça s’appelle. Mais j’en souffre, parce que je *sais* que ce genre de choses ne me serait pas arrivé «avant ».

Mais l’amnésie ?

Je ne sais pas si il me manque par exemple des sou­ve­nirs. Le Fou­ga Magis­ter, je n’y a pas pensé pen­dant ces deux années, donc il ne m’a pas man­qué, et pour­tant il était là. Est-ce que pour savoir si on est amnésique il faut consciem­ment se rendre compte qu’on ne réagit pas à un sti­mu­li précis ?

Évidemment, si on ne connait pas son propre nom, d’accord. Mais quand on n’est plus capable de reconnaître Queen quand on l’entend ?

Le pire, avec ma musique, c’est qu’elle ne revient pas. En tout cas tota­le­ment.

Ça me fait pen­ser à cette blague qu’on fait à pro­pos d’Alzheimer : «Ce qu’il y a de bien avec la mala­die d’Alzheimer, c’est que chaque jour, on ren­contre des gens nou­veaux » …

Enfin bon. Comme je vous y invi­tais hier, pre­nez-donc une tasse de thé à ma santé. Joyeux anni­ver­saire.

Tête de cochon !

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Aphasie,Journal — le mar 5 Fév 2008 à 09:28

Aujourd’hui c’est le second anni­ver­saire de mon entrée en apha­sie. Et depuis quelques semaines, notre vie admi­nis­tra­tive / économique tourne au cau­che­mar. Je devrais être en train de bou­der dans un coin sous ma couette, j’imagine.

Mais : non.

En fait, définitivement non. Si je prends le temps de faire un bilan de ces deux années, elles ont été, de fac­to, par­mi les plus belles années de ma vie. Je sais que je l’ai déjà dit, mais c’est une constante dans mon équation per­son­nelle.

C’est peut-être mon caractère. Conju­gué à celui de Vio­la.

Allez, pre­nez-vous donc une tasse de thé à ma santé !

Et allez-donc visi­ter cette magni­fique église ber­li­noise que nous avons surnommée « X-Church » … c’est pas loin : elle à l’angle du clic.

L’art du mulot …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le dim 3 Fév 2008 à 13:53

C’est mon mulot que j’ai inventé pen­dant mon der­nier bou­lot que j’avais atten­du pen­dant deux ans avec Maman.

Jacques C. dans son livre la vie, le mulot, et Maman

©sus, le génial inventeur du joint de couvercle …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le dim 3 Fév 2008 à 13:26

Osez donc me dire que cette église ne vous fait pen­ser à une cocotte minute, hein !

Il peut le dire …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le sam 2 Fév 2008 à 00:15

Je n’y peux rien. Il me fait pen­ser au sketch avec Pierre Dac et Fran­cis Blanche. Le sar Rabin­dra­nath Duval.

Je crois que je peux le dire que les USA vont atta­quer l’Iran sous peu. Pour­quoi ? À cause de ça. Trois câbles sous-marins coupés en trois jours. Ce soir, le traf­fic inter­net à des­ti­na­tion et de pro­ve­nance d’Iran est exac­te­ment NUL.

Je peux le dire. Et j’espère que c’est sim­ple­ment un mau­vais sketch.

Moteur du site : wordpress 4.9.3 - Thème : «Back in Black 2» crée par Frederic de Villamil (traduit en français par amnesix)