« Oben bleiben »… Stuttgart 21 : le médiateur est arrivé. Ou presque…

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal,Stuttgart 21 — le lun 11 Oct 2010 à 23:12

Quel feuille­ton ! On ne pour­rait presque pas ima­gi­ner mieux. Jeu­di, ou ven­dre­di, je ne me sou­viens pas exac­te­ment, le pre­mier ministre Map­pus, après avoir ten­té d’embaucher Joa­chim Gauck comme média­teur, lequel a, pas fou, immé­dia­te­ment bot­té en touche. Map­pus, en recherche d’une per­son­na­li­té incon­tes­table, a ensuite choi­si de s’adresse à Hei­ner Geiß­ler. Et lui, peut-être pas tota­le­ment réveillé, à dit : « oui ».

Le Geiß­ler est pour­tant un vieux renard. Tiens, pour ceux que ça pour­rait inté­res­ser, en alle­mand, un vieux renard ce dit « ein alter Hase », c’est à dire un vieux lièvre. Je le vois de temps en temps à la télé, dans des débats à thé­ma­tique « sociale ». Ancien secré­taire géné­ral du par­ti le plus conser­va­teur (CDU) pen­dant une dizaine d’années, il est en géné­ral, pour ce que j’en com­prends, quand il est oppo­sé à des « socia­listes » (SPD) ou des gens de « die Linke », il est le seul vrai « social » du pla­teau. Il ne fait pas d’effets de manches, et me fait régu­liè­re­ment pen­ser que c’est vrai­ment dom­mage que je sois pas de droite. Il par­le­ment rare­ment, et jamais pour ne rien dire. Il n’hésite pas à contre-cou­rant de son par­ti, et en fait je le voyais rela­ti­ve­ment bien « cas­té » comme média­teur.

Et donc, le vieux Geiß­ler prend son bâton de pèle­rin, et his­toire de cal­mer les esprits, il com­mence par une décla­ra­tion très « Geiß­le­resque » : il annonce, en direct à la télé, que pen­dant qu’il fait son bou­lot, les tra­vaux sont arrê­tés. En fait c’est plein de bon sens. Dif­fi­cile de dis­cu­ter entre les manifs et les tron­çon­neuses…

Et pata­tras.

À peine une heure plus tard, Map­pus et le patron de la Deutsche Bahn se pré­ci­pitent devant toute camé­ra pas­sant dans leur champ ocu­laire, et bre­douillent que non, il n’en est pas ques­tion, mais qu’est-ce que cette affaire, les tra­vaux conti­nuent.

Deux jours de confu­sion dans les médias, que je com­prends par­fai­te­ment. La ques­tion a été, tout le oui­kende, de savoir qui a dit quoi, et sur­tout est-ce que Geiß­ler va racro­cher…

Pen­dant ce temps là, à Stutt­gart, plus de cent mille per­sonnes sont des­cen­dues dans la rue. His­toire que tout soit clair.

Les poli­tiques natio­naux se font dis­crets. Ils ne veulent se faire prendre entre le mar­teau et l’enclume. À part l’ineffable Gui­do, lequel, est natu­rel­le­ment, un défen­deur du pro­jet Stutt­gart 21. Son par­ti était des­cen­du de telle façon dans les son­dages qu’il peut se le per­mettre. La chan­ce­lière Mer­kel doit, elle, encore se mordre les doigts d’avoir pris posi­tion la semaine der­nière.

Aujourd’hui, lun­di, le boxon conti­nue dans la presse. Arrêt des tra­vaux ou pas ? Ce soir, devant le siège de la Deutsche Bahn, Post­da­mer Platz (dont je ne dirai *jamais* assez la lai­deur intrin­sèque de cet ancien cœur de Ber­lin trans­for­mé en… trot­toir d’autoroute, ou quelque chose de ce genre là), Schwa­bens­treich, c’est à dire manif. Un petit plus de monde que mer­cre­di der­nier, moins que mer­cre­di pro­chain.

Oben-blei­ben, oben-blei­ben… C’est main­te­nant le slo­gan qua­si offi­ciel du mou­ve­ment d’opposition à Stutt­gart 21. C’est le refrain de l’hymne qua­si-offi­ciel du même mouv­ment. Vous pou­vez, si vou­lez, jeter un œil. C’était au mois de mai, et regar­dez dans les plans larges la taille de la foule, à la fin du clip… elle ne cesse plus de gran­dir.

Oben blei­ben. Res­ter en haut.

Ce soir, Le patron de la Deutsche Bahn annonce qu’un arrêt des tra­vaux est impos­sible. Pour rai­son finan­cière. Oben blei­ben, ou dans le mur… il semble avoir choi­si.

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

RSS feed for comments on this post.

Nous sommes désolés, il est pour le moment impossible de laisser un commentaire.

Moteur du site : wordpress 4.9.3 - Thème : «Back in Black 2» crée par Frederic de Villamil (traduit en français par amnesix)