Quand l’hôpital se fout de la Charité…

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le ven 1 Oct 2010 à 17:20

Haaaa, les bonnes nou­velles ! Ça nous per­met de nous dis­traire de ces inter­mi­nables tirades au sujet de Hartz IV. L’économie alle­mande VA BIEN ! Regar­dez, par exemple le chô­mage… en baisse ! On pré­voit qu’en octobre, le chô­mage sera de moins de trois mil­lions ! Le meilleur résul­tat depuis trois ans !

C’est pas magni­fique, ça ?

L’allocation ver­sée par Hartz IV, c’est à dire le reve­nu mini­mal, celui en-des­sous duquel la consti­tu­tion alle­mande n’est plus res­pec­tée, car les valeurs « humaines » de base ne sont plus acquises. Et vous savez com­bien de per­sonnes touchent cette allo­ca­tion ?

Plus de six mil­lions. Plu­tôt sept que six.

« Hola ! », s’écrie en vous le lec­teur atten­tif. « Mais il n’y a que trois mil­lions de chô­meurs ! »

Bien vu ! En effet, le nombre de gens qui reçoivent ce reve­nu mini­mal est double de celui des chô­meurs. Bon, il faut affi­ner un petit peu… Disons que de ces 6 876 886 per­sonnes, pour faire une com­pa­rai­son plus juste avec le nombre de chô­meurs il faut enle­ver les enfants. 1 772 233 enfants per­çoivent aus­si Hartz IV. Donc, au sou­la­ge­ment géné­ral, le nombre d’adultes, donc de chô­meurs puta­tifs, n’est plus que de 5 104 651, à com­pa­rer aux 3 mil­lions de chô­meurs offi­ciels.

« Hola ! », m’écrie-je. J’oubliais les *autres* chô­meurs. Il y a deux types de chô­meurs en Alle­magne. Comme en France, j’imagine. Hartz IV concerne les chô­meurs « en fin de droits ». Mais il y a des chô­meurs qui reçoivent « le chô­mage », le vrai. Nombre qu’il fau­drait éga­le­ment prendre en compte si on veut avoir un idée de ce qui se passe, dans la vraie vie. Ce nombre, c’est 2 082 000.

Ha. La vie rose sta­tis­tique en prend un coup. Car il y en a d’autres, des « niches » sta­tis­tiques. Que croyez-vous que les ser­vices com­mu­naux sociaux font de leurs jour­nées ? Je ne sais pas com­bien de gens qui, ayant pour une rai­son ou une autre per­du le droit à Hartz IV vivent de l’aumône des ser­vices sociaux.

Donc : 3 mil­lions de chô­meurs, résul­tat excep­tion­nel. Dans la vie rose sta­tis­tique. Mais il faut, pas­se­port dans la vraie vie, ajoû­ter au moins 5 mil­lions de per­sonnes, et très pro­ba­ble­ment beau­coup plus que ça qui forment une sorte de sous-pro­lé­ta­riat… dont un cer­tain nombre *tra­vaillent* !!

Eh oui. Il y a des gens qui touchent Hartz IV mal­gré le fait qu’ils ont un emploi. Ben oui, hein, ima­gi­nez-vous les finances d’une femme seule avec un gamin qui touche 400 euros par mois der­rière sa caisse chez Aldi. Si vous croyez que ces 400 euros lui font pas­ser le mois, avec loyer, chauf­fage, les couches du chiard, hein… sans par­ler de man­ger.

Aujourd’hui, Hel­mut Kohl, le « papa » de la réuni­fi­ca­tion alle­mande, est sor­ti de son long silence. À la veille du ving­tième anni­ver­saire de la réuni­fi­ca­tion, il aver­tit son par­ti (celui aus­si de notre Bonne Mère à Tous, Ange­la Mer­kel) de la scis­sion immi­nente de la popu­la­tion entre riches et pauvres, entre tra­vailleurs et chô­meurs, entre ceux qui cotisent et ceux qui reçoivent (Hartz IV), entre édu­qués et non-édu­qués. Entre Alle­mands.

Des mots très durs.

Des mots trop vrais.

Nos poli­tiques enten­dront-ils le réveil qui sonne ?

NdT : Cha­ri­té est le nom du CHU de Ber­lin. Amu­sant, non ?

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

RSS feed for comments on this post.

Nous sommes désolés, il est pour le moment impossible de laisser un commentaire.

Moteur du site : wordpress 4.9.3 - Thème : «Back in Black 2» crée par Frederic de Villamil (traduit en français par amnesix)