Tatort : d’utilité publique…

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal,Xenuphobe ... — le dim 29 Août 2010 à 22:13


Haaaaaa, dimanche soir ! Tatort ! Notre ren­dez-vous catho­dique immu­table. Sauf quand la télé de la RDA chaîne « régio­nale » MDR squatte avec son inno­mable série « Poli­zei­ruf 110 ».

Mais ce soir, pas de nui­sibles à l’antenne. Un Tatort© ori­gi­naire d’Autriche. Et bien­tôt on va avoir même des Tatort© suisses. Pour­quoi pas.

Donc, à 20:15, ça com­mence. Un poli­cier trouve par hasard un cadavre. L’enquête com­mence. La dif­fé­rence : la vic­time est membre de  « l’église de » scien­to­lo­gie la com­mu­nau­té de croyance Epi­tar­sis.

Un regard dur, voire affu­té, sur  « l’église de » scien­to­lo­gie la com­mu­nau­té de croyance Epi­tar­sis. On y découvre les méca­nismes qui per­mettent à  « l’église de » scien­to­lo­gie la com­mu­nau­té de croyance Epi­tar­sis de « tenir » ses clients membres. Les cours (payants) menant à tou­jours d’autres cours (tou­jours plus chers). On voit les clients membres de  « l’église de » scien­to­lo­gie la com­mu­nau­té de croyance Epi­tar­sis anno­ner les réponses à tous les pro­blèmes de leur exis­tence, dic­tées, impla­ca­ble­ment, avec le sou­rire, par d’autres clients membres de grade supé­rieur. On découvre des enfants qui renient leurs parents —sur ordre. Le besoin d’argent est tel que tous les coups sont per­mis.

« l’église de » scien­to­lo­gie la com­mu­nau­té de croyance Epi­tar­sis a des dos­siers sur tout le monde. Moritz, le com­mis­saire, est accueilli par son patron lequel a dans la main une plainte de  « l’église de » scien­to­lo­gie la com­mu­nau­té de croyance Epi­tar­sis, reçue avant même que Moritz rentre au bureau de sa pre­mière visite là-bas.

Arri­vant à  « l’église de » scien­to­lo­gie la com­mu­nau­té de croyance Epi­tar­sis, un peu plus tard, Moritz voit sa per­qui­si­tion annu­lée : chez le pro­cu­reur sont arri­vées des pho­tos mon­trant la fille de Moritz dans les locaux de  « l’église de » scien­to­lo­gie la com­mu­nau­té de croyance Epi­tar­sis, laquelle se pré­tend per­sé­cu­tée par Moritz, invo­quant la liber­té de conscience. Natu­rel­le­ment.

J’ai lu et vu beau­coup au sujet de la scien­to­lo­gie. Je suis même Xenu­phobe, et fier de l’être. Mais je n’avais encore jamais vu de fic­tion de cette de qua­li­té (de docu­men­ta­tion) pre­nant la bête scien­to­lo­gie par les cornes. Comme on dit en Alle­mand : « Respekt ! ».

Et si vous vous posez la ques­tion en appa­rence bête : « Mais pour­quoi ils ont appe­lé ça Epi­tar­sis et non sim­ple­ment scien­to­lo­gie ? », la réponse était écrite en fili­grane tout au cours de l’épisode. La scien­to­lo­gie, para­noïaque, mais ration­nelle, n’aurait jamais accep­té la dif­fu­sion de ce film, et aurait tout fait pour l’interdire. La scien­to­lo­gie a fêté, la semaine der­nière, la fer­me­ture du bureau anti-secte du sénat d’Hambourg, par exemple. Pour rai­son bud­gé­taire, natu­rel­le­ment. La scien­to­lo­gie mène une guerre juri­dique impi­toyable contre l’ennemi : l’état alle­mand, son prin­ci­pal cri­tique —en Alle­magne. Elle est déjà si forte que même la pre­mière chaîne publique du pays lui a consa­cré tout un épi­sode de sa série phare (Tatort)… sans oser men­tion­ner son nom.

Cela dit, le camou­flage est un art. Dans les bureaux de  « l’église de » scien­to­lo­gie la com­mu­nau­té de croyance Epi­tar­sis, j’ai pu « recon­naître », par exemple, les cou­ver­tures des livres de l’inventeur de la scien­to­lo­gie, par exemple.

J’attends le pro­chain round.

Avec, tout de même, une cer­taine inquié­tude.

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

RSS feed for comments on this post.

Nous sommes désolés, il est pour le moment impossible de laisser un commentaire.

Moteur du site : wordpress 4.9.3 - Thème : «Back in Black 2» crée par Frederic de Villamil (traduit en français par amnesix)