Ah, la belle vacance ! (jour 1)

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le dim 13 Juin 2010 à 11:51

Les vacances, c’est chouette.

Même si le com­po­si­tion du train est bous­cu­lée à son arri­vée à la sinistre Haupt­bahn­hof de Ber­lin, dont j’ai peut-être, ici ou là, dit tout le mal que j’en pense. Mais on était lar­ge­ment à l’heure, très déten­dus. Voyage sans his­toire.

Cinq heures plus tard, on débarque à une tout autre Haupt­ban­hof : Nürn­berg est, outre la capi­tale des pro­cès de Nurem­berg, la ville natale du che­min de fer alle­mand. Et, mode en retard, la gare res­semble à une gare. C’est un bon­heur.

Mais qu’il fait chaud !

Après avoir dépo­sé la valise à l’hôtel (dont je repar­le­rai un de ces jours, ne quit­tez pas !), on s’offre une pre­mière balade dans la vieille ville. Un pur bon­heur.

Je sais : en par­lant de la vieille ville, je men­tionne par défi­ni­tion aus­si la « nou­velle ville ». Je n’en connais que les quelques cen­taines de mètres qui séparent l’hôtel de la vieille ville. Au pre­mier coin de rue, je tombe sur le siège du PS (SPD, dans le texte). La place qu’il borde est nue. Il y a des bancs, orga­ni­sés dans un quart de cercle par­fait, cou­verts (aha !) par une grille en inox. Pour en faire une treille, il ne manque que les plantes grim­pantes. Mais en atten­dant qu’elles soient plan­tées, la place Karl Brö­ger est en fait un gigan­tesque bar­be­cue. Il y a une fon­taine, aux heures de bureau. À 17:00, elle s’éteint. « Curieu­se­ment », il n’y a pra­ti­que­ment per­sonne sur cette place.

Cin­quante mètres plus loin (allez, peut-être même cent mètres), il y a la cen­trale natio­nale de l’ANPE (Agen­tur für Arbeit, dans le texte). Et c’est moche, ça. Moche de chez moche.

Mais il y a un tun­nel pour tra­ver­ser la grande rue. Et, en sor­tie du tun­nel, on avait le choix entre le cir­cuit qui fait le tour de la vieille ville (il suit en fait les douves —j’en repar­le­rai un autre jour), et la vieille ville elle même.

J’avoue que j’ai eu un petit peur, en entrant dans la vieille ville. Jolis bâti­ments, certes, mais… sex-shops, bor­dels (par­don : peep-shows avec com­pa­gnie per­son­na­li­sée dans cabine indi­vi­duelle, déso­lé, mais en bon apha­sique, j’ai ten­dance à uti­li­ser des mots courts et clairs), « casi­nos » (offi­cines de blan­chis­se­ment d’argent sale en tout genre), salles de « jeux » (même des­crip­tion), bou­tiques de tatouage et pier­cing, et je n’oublie natu­rel­le­ment pas les sau­cisses. Tout un quar­tier comme ça. En face, il y a un com­mis­sa­riat de police magni­fique. Le bâti­ment.

Mais quand on a tra­ver­sé tout ça, après il n’y a plus que se lais­ser aller. Toute la ville est sim­ple­ment magni­fique. Je sais qu’on va avoir une chouette semaine. Je vous laisse juges.

1 commentaire

  1. Ping by Promenade sur les remparts de Nürnberg — 13/06/2010 12:27

    […] du Kai­ser­berg, dans la vieille ville de Nürn­berg. Pho­to prise le 7 juin 2010. K-7, […]

RSS feed for comments on this post.

Nous sommes désolés, il est pour le moment impossible de laisser un commentaire.

Moteur du site : wordpress 4.9.3 - Thème : «Back in Black 2» crée par Frederic de Villamil (traduit en français par amnesix)