Promesses …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal,Photo — le sam 20 Fév 2010 à 21:22

Je vous ai nar­ré, en temps utile, l’accident qui est arri­vé à mon K20D. J’ai reçu la semaine der­nière l’avis de décès. Mon K20D n’était plus répa­rable à un prix rai­son­nable. J’en suis vrai­ment déso­lé. J’avais déci­dé de ne pas l’envoyer à l’atelier délo­ca­li­sé de la socié­té Maerz, mais direc­te­ment à Pentax, lequel m’avait gen­ti­ment indi­qué les coor­don­nées d’un mon­sieur char­gé de ce genre de cas. Le mon­sieur m’a, avec l’avis de décès, envoyé une pro­po­si­tion que je n’hésite pas à qua­li­fier de géné­reuse : pour rem­pla­cer mon K20D, un K7 à en gros 60% du prix public.

Comme je suis bien entou­ré, j’ai pu me lais­ser aller, et j’attends un K7 au début de la semaine.

J’ai déci­dé d’écrire tout ce que cet appa­reil va me faire, me don­ner… ou pas.

Très natu­rel­le­ment, le pre­mier cha­pitre de ce « test » per­son­nel du K7, va être dédié aux rai­sons pour les­quelles j’ai déci­dé de fran­chir le pas. Je vais expli­quer les fonc­tions du K7 qui me l’ont pré­fé­rer à un autre K20D d’occasion.

K7 : le corps du délit

  1. le chas­sis : contrai­re­ment à celui du K20D ou du K10D, il entiè­re­ment métal­lique (magné­sium et allu­mi­nium). Après avoir vu mon K20D mou­rir d’une frac­ture, je pense que je me ras­sure pour pas cher. « Métal­lique », ça sonne mieux que « plas­tique », non ?
  2. le viseur : bien qu’il soit en fait plus petit que celui du K20D, il me donne à voir toute la scène que je vais pho­to­gra­phier, plu­tôt que les 95% du K20D. J’ai déjà avoir des décep­tions à cause de ça.
  3. la molette : avec mon K10D et mon K20D, j’ai raté des pho­tos (je me sou­vient sur­tout d’un train raris­sime qui m’est pas­sé sous le nez) parce que la molette des pro­grammes de prise de vue n’était plus à la posi­tion où je l’avais lais­sée. Sur le K7, c’est impos­sible : il faut appuyer sur un bou­ton pour pou­voir tour­ner la molette. Natu­rel­le­ment, j’imagine que je vais un jour ou l’autre râler parce que le bou­ton m’aura fait rater une pho­to, mais je pars du prin­cipe que j’aurai tort.
  4. écran « hi-fi » : trois pouces de dia­go­nale, avec 921 000 pixels. À ne plus com­pa­rer avec les 230 000 du K20D. J’espère.
  5. la ligne : le K7 est beau­coup plus car­ré que les pré­cé­dents, ce n’a pas l’air d’être désa­gréable. Par contre, il est plus petit, et je ne sais pas encore si ça va me plaire ou pas.

K7 : la tête à la bonne place
Quelques des fonc­tions du K7 m’ont atti­ré quand j’ai lu les pre­miers tests :

  1. déclen­cheur : 1/​8000s, même si je n’en ai encore jamais vrai­ment eu besoin, mais on ne sait jamais
  2. auto-net­toyeur : nou­velle ver­sion, plus effi­cace, à ce qu’il parait, per­met­tant d’éviter d’avoir des sale­tés sur les pho­tos
  3. nou­velle « cel­lule » : la sur­face du cap­teur est trai­tée par 77 zones, au lieu de 16 comme aupa­ra­vant. On peut en espé­rer une meilleure esti­ma­tion de la lumière au niveau de l’exposition.
  4. rapide : 5,2 images à la seconde en mode rafale (contre 3,0 sur le K20D)
  5. à niveau : dans le viseur on peut savoir si on est hori­zon­tal ou pas. Pra­tique.
  6. ou pas à niveau … ? : quand on tra­vaille sur un tri­pied, par­fois on est à quelques mil­li­mètres du cadre idéal, mais, on ne par­vient pas à se caler exac­te­ment avec le tri­pied. Mais avec le K7, on peut —un petit peu, quelques mil­li­mètres— modi­fier le cadre sans bou­ger l’appareil. Ça me parait inté­res­sant. À voir.
  7. copy­right : certes, on peut faire ça avec digi­kam ou ligh­troom, mais si on n’a rien, on peut avoir les men­tions du copy­right inté­grées dans les don­nées des pho­tos. Pra­tique.
  8. on connaît sa famille : le K7 peut auto­ma­ti­que­ment cor­ri­ger les dis­tor­tions des objec­tifs de Pentax. Enfin au moins les DA et DA*. Et aus­si les trois FA Limi­ted (31, 43, et 77mm).

Ah, il y a un mode « video », dont je me fous tota­le­ment. Mal­heu­reu­se­ment, il va fal­loir bien­tôt impos­sible d’acheter un appa­reil pho­to sans mode video. J’espère que ça ne va pas durer, mais j’ai des doutes : les mau­vaises idées se vendent appa­rem­ment plus que les bonnes.

Le pro­chain article, une fois que j’aurai un K7 dans la main. Une sorte de bilan (pro­vi­soire) pour sanc­tion­ner les pro­messes du K7.

Pas de commentaire

Pas encore de commentaire.

RSS feed for comments on this post.

Nous sommes désolés, il est pour le moment impossible de laisser un commentaire.

Moteur du site : wordpress 4.9.3 - Thème : «Back in Black 2» crée par Frederic de Villamil (traduit en français par amnesix)