Il faut tout tenter …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le ven 29 Fév 2008 à 20:26

C’est pas joli-joli, en fait. La môme Rama Yade, m’âme Droits-d’l’homme du gou­ver­ne­ment recon­ver­tie en avo­cat de la Solu­tion Finale pour (et en fait natu­rel­le­ment *contre*) les pauvres. Le gou­ver­ne­ment de la Nation se par­fume au Mal­odore. Si vous avez oublié le nom, je vous offre une piqûre de rap­pel.

Ben oui. Il faut tout ten­ter. Genre hier, Sar­ko­zy prêt à aller dans la jungle pour libé­rer Betan­court, ou bien, ou plu­tôt simul­ta­né­ment, reprendre l’initiative sur le pou­voir d’achat, annon­cer qu’on va arrê­ter de gen­dar­mer l’Afrique (rien que ça …), et essayer de faire oublier l’opération Shoah.

Et pour oublier la vague Mal­odore ?

J’attends demain avec impa­tience. La créa­tion au pou­voir !

Plus dure sera la chute …?

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le jeu 28 Fév 2008 à 09:11

Le petit Nico­las fait en ce moment l’expérience sur­nom­mée «regarde le plon­geon des son­dages d’en bas», et appa­rem­ment il est, en plus, mau­vais joueur.

Mais il y en a un autre qui fait la tête. Chez nous. Le ministre de l’intérieur. Le mon­sieur (il s’appelle Schäuble, pro­non­cer [cho-ï-ble]) a vu hier la cour suprême de l’Allemagne lui tor­piller son pro­jet jou­jou : la sur­veillance des ordi­na­teurs pri­vés. La cour a hier déci­dé que ça peut être assi­mi­lé à la sur­veillance du cour­rier, et ça c’est un tan­ti­net tabou.

Donc, Schaüble a un petit peu gagné : le prin­cipe est admis. Mais les res­tric­tions (en cas de menaces concrètes contre des vies humaines, et recours sys­té­ma­tique à un juge) sont telles que mon Schaüble, tout à son fan­tasme sécu­ri­taire (qu’il doit très pro­ba­ble­ment à une ten­ta­tive d’assassinat -il a reçu 3 balles dans le dos tirées par un dingue- qui l’a condam­né à la chaise à rou­lettes), est déjà au tra­vail à l’écrire une nou­velle loi qui lui per­met­trait d’éviter cet écueil.

Les Alle­mands sont en géné­ral pas très flexibles en ce qui concerne les prin­cipes écrits dans la consti­tu­tion …

Exclusif ! Xenu à la sortie de la douche …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal,Xenuphobe ... — le mar 26 Fév 2008 à 19:42

Pho­to volée par notre intré­pide pho­to­graphe.

Comme quoi, même pour un dieu inter­ga­lac­tique, pour les gon­zesses, c’est pas facile tous les jours, hein …

La proie pour l’ombre : une fable footballistique …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le mar 26 Fév 2008 à 09:21

La hon-te. Ima­gi­nez une minute la scène : dans un coin d’un ter­rain de foot, une demi-dou­zaine d’athlètes en train de s’autocongratuler, avec des bises, des bour­rades viriles, à la limite du touche-pipi de masse public. Ils avaient mis un but. C’est même pas très drôle, car main­te­nant (mal­heu­reu­se­ment) cou­rant.

Ima­gi­nez encore un petit peu, donc. Nos héros, tous à leurs attou­che­ments, entendent sou­dain leurs coéqui­piers hur­ler. Ils tournent la tête, et assistent, médu­sés à la scène sui­vante : l’équipe adverse, l’arbitre et ceux de leurs coéqui­piers qui n’étaient en train de par­ti­ci­per à la fête étaient tous de l’autre côté du ter­rain. Et, là-bas, léquipe adverse est aus­si en train de faire la fête. Curieu­se­ment, leurs coéqui­piers sont en train de les insul­ter copieu­se­ment.

Que s’est-il pas­sé ?

Facile. Le but mar­qué par nos «héros» n’a pas été accor­dé par l’arbitre. Mais nos fêtards n’ont pas fait atten­tion à l’arbitre. Alors le jeu a conti­nué. Sans eux. Et l’équipe adverse, en «léger» sur­nombre n’a pas eu beau­coup de mal à en mettre aus­si, un but. Un que l’arbitre a accor­dé.

Les din­dons de la farce ? le très pres­ti­gieux Real Madrid.

Le Real pleure à l’injustice. L’arbitre aurait du attendre que la touche-pipi par­ty se ter­mine avant de lais­ser le jeu conti­nuer.

Le reste du monde (ceux qui s’intéressent au foot, moins les fans du Real) essaye de reprendre son souffle après la crise de rire géné­rale.

Vous croyez qu’ils vont pas­ser pro ?

Xenuphobie : une bonne maladie …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal,Xenuphobe ... — le lun 25 Fév 2008 à 23:16

Où les sectes vont-elles se nicher ? Eh bien aus­si dans des crèches. Aujourd’hui une crèche a été fer­née. Pour­quoi ? Elle n’accueillait que les enfants de membres. C’est la ville de Munich qui a déci­dé la fer­me­ture. Motif :

Die inhalt­li­chen und metho­di­schen Grund­sätze von Scien­to­lo­gy tra­gen den ver­fas­sung­srecht­li­chen und sons­ti­gen gesetz­li­chen Vor­ga­ben, vor allem dem Recht des Kindes auf freie Ent­fal­tung der Persön­li­ch­keit (Arti­kel 2 Absatz 1 Grund­ge­setz, Arti­kel 101 Baye­rische Ver­fas­sung) sowie dem Recht auf Erzie­hung zu einer eigen­ve­rant­wort­li­chen und gemein­schaftsfä­hi­gen Persön­li­ch­keit nicht Rech­nung, so wie dies in Para­graf 1 des Sozial­ge­setz­buches VIII veran­kert ist.

En résu­mé : les méthodes et l’enseignement de la scien­to­lo­gie contre­dit le droit à l’enfant au libre déve­lop­pe­ment de la per­son­na­li­té.

Prends ça. Xenu !

Casse-toi alors, pauvre con …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le lun 25 Fév 2008 à 07:16

Nico­las Sar­ko­zy s’est expri­mé de manière à ce que son inter­lo­cu­teur le com­prenne ; je trouve cela très bien que le pré­sident de la Répu­blique s’exprime comme chaque Fran­çais

Brice Hor­te­feux, ministre de la Répu­blique, cité par Ouest-France.

Main­te­nant, vous me gon­flez avec vos ques­tions à la con, faites pas chier.

Nico­las S., vœux à la presse de l’année pro­chaîne

Vivement Diman… ho, merde !

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le dim 24 Fév 2008 à 10:14

On est *déjà* dimanche. Si vous par­ve­nez à y croire.

Sans rire, c’est rare que je reste si long­temps sans écrire ou publier une pho­to. Je pour­rais (ten­ter de) vous expli­quer pour­quoi, mais je n’ai pas envie de lar­moyer sur mon sort. Au moins pas aujourd’hui. Non-non.

L’autre jour on par­lait avec Vio­la de films, et il y a une série de titres qui m’est venue en tête : Tan­dem d’abord. Et celui-là a été le déclic pour la suite. La suite : Le crabe tam­bour (sui­vant la trace Roche­fort), puis Les grands ducs, et de là j’ai déri­vé sur Marielle, et je suis arri­vé aux galettes de Pont-Aven.

Je me demande com­bien de ma poi­gnée de lec­teurs ont vu au moins un de ces films. Non que ça ait une quel­conque impor­tance, notez, mais tout de même.

Je n’ai pas revu un de ces films depuis au moins 10 ans, mais les images que j’ai dans la tête … non, jus­te­ment, pas des images. Je n’ai pas d’images en tête. Mais je me sou­viens de ces per­son­nages tous hau­te­ment impro­bables. Des numé­ros d’acteurs fabu­leux. Et tiens, tant que j’y suis, avez-vous vu Vive­ment dimanche ?

Mes­sage per­son­nel : Loïc, c’est l’arbuste que tu nous as offert il y a presque deux ans.. Il est déjà plus grand que moi.

Plein — le — culte !

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal,Xenuphobe ... — le jeu 21 Fév 2008 à 19:05

Vous allez rire, mais hier matin j’étais très absor­bé par une série d’articles pasion­nants. Leur thême : Xenu, ses aco­lytes, et leurs vic­times. Et hier soir, je tombe sur les décla­ra­tions de m’ame Mignon. M’ame Mignon n’a pas de pro­blèmes avec les sectes. Bon.

Mais là où elle m’agace un tan­ti­net, m’ame Mignon, c’est quand elle nous explique qu’elle ne connait pas la Xenu Com­pa­ny (pour appe­ler les choses par leur nom, l’église de Scien­to­lo­gie).

Quand on est chef de cabi­net d’un pré­sident, même le notre, on a *le droit* de savoir de quoi on parle. Sur­tout quand, d’après Le Monde on en parle ain­si :

« Soit ces mou­ve­ments troublent l’ordre public et abusent de la fai­blesse psy­cho­lo­gique des per­sonnes et dans ce cas ils doivent être pour­sui­vis ; soit ils ne troublent pas l’ordre public et ils doivent alors pou­voir exis­ter nor­ma­le­ment, confor­mé­ment au prin­cipe de la liber­té de conscience. » Un prin­cipe qui vaut pour l’Eglise de scien­to­lo­gie, pré­cise-t-elle dans un entre­tien au Figa­ro du 21 février.

Alors, m’ame Mignon, voi­ci quelques liens vous per­met­tant de faire plus ample connais­sance avec Xenu etc, :

  1. En France, la Scien­to­lo­gie et la jus­tice
  2. En Europe, la Scien­to­lo­gie et la jus­tice
  3. Les Alle­mands gardent la Scien­to­lo­gie à l’œil, en atten­dant plus.
  4. Les ano­nymes aus­si en ont plein le culte

Bon. Je n’ai pas besoin de me mettre en colère ces jours-ci. On se calme. Mais, m’ame Mignon, et aus­si mon petit Nico­las, il fau­drait voir à arrê­ter les conne­ries. Rapi­de­ment.

On est dimanche !

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Galerie,Journal — le dim 17 Fév 2008 à 18:29

Donc j’ai le droit (auto­con­fir­mé) de mettre autant de pho­tos sur la page du dimanche. On est allés se bala­der tran­quille­ment à Tegel. His­toire de taqui­ner la faune locale. Sur le che­min, cela dit, Noi­sette était là. Clic-clac.

Pour hon­nête, «Noi­sette» est dans ma tête un nom com­mun. J’ai pris une pho­to d’un Noi­sette. J’imagine que vous com­pre­nez ce que je veux dire. Mais je n’ai pas de géné­rique pour «Canards» autre que … «Canard». Mais bon …

Notez que dans mon voca­bu­laire à moi, il y a un autre géné­rique : Salaud. Ça remonte à aus­si loin que ce site.

Il y a ou j’ai l’impression de voir un vieux film de guerre, genre «Le retour du Baron Rouge», ou quelque chose de ce genre. Les goé­lands sont des acro­bates extra­or­di­naires. Tant que tu as du pain dans la main.

Heu­reu­se­ment, à Tegel, il y *tou­jours* quelqu’un avec un sac de pain. Les oiseaux là sont *vrai­ment* bien nour­ris …

En quit­tant la pro­me­nade (la «Green­wich Pro­me­nade», pour être pré­cis, dont le nom vous confirme immé­dia­te­ment que vous êtes bien à Ber­lin, natu­rel­le­ment), on a essayé de trou­ver un che­min. On ne l’a pas trou­vé, alors on a tra­cé à tra­vers les bois. On a peut-être pas vu les balises …

Non. Je n’en ai aucune idée. Vrai­ment aucune.

Crépuscule des retraités …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le ven 15 Fév 2008 à 20:23

D’accord, l’idée de départ pour le titre de la pho­to c’était «cré­pus­cule des vieux», pour des rai­sons évi­dentes pour tout fan de Wag­ner, mais le titre actuel est plus près de la réa­li­té.

Je suis retrai­té. Et ça va prendre effet, en fait, au début du mois. Seule­ment voi­là : je suis vic­time d’un hold-up. Car le jour où la retraite alle­mande com­mence, toutes les autres pres­ta­tions (notam­ment le chô­mage, lequel est pour le moment mon seul reve­nu) cessent. Et la retraite alle­mande, on peut l’imaginer, vu que j’ai eu mon petit pro­blème de san­té deux mois après que j’aie com­men­cé à tra­vailler en Alle­magne, elle se monte tout de même à … [rou­le­ment de tam­bour] 10,42€ men­suels ! Donc je perds 610€ par mois. Argl.

Ho, natu­rel­le­ment ça va s’arranger.

En fait, c’est la retraite fran­çaise qui me pose un pro­blème. Prin­ci­pa­le­ment. Ima­gi­nez que ma prise de contact avec l’administration fran­çaise au sujet de ma retraite date du mois de juin. Mais depuis, zéro pro­grès. Offi­ciel­le­ment, la demande n’est arri­vée que le 18 jan­vier 2008. Amu­sant de deman­der à la dame que j’ai eu au télé­phone com­ment j’ai eu une lettre confir­mant mon dos­sier à Brest le 25 juillet (2007) si ma demande n’est arri­vée que le 18 jan­vier (20008). La dame ne sait pas.

État des lieux chez la CPAM de Brest : ils attendent les tra­duc­tions. Je ne sais pas com­bien de temps ils vont prendre pour prendre une déci­sion, mais le fait est que tant qu’ils n’auront pas pris leur déci­sion, je reste à 10,42€ par mois. Je ne pour­rai faire appel en Alle­magne qu’après la déci­sion fran­çaise.

Notez que je me suis mis en rela­tion avec l’ambassade de France à Ber­lin, leur deman­dant si ils pou­vaient faire quelque chose pour essayer d’accélerer la pro­cé­dure. Après échange de mails, il s’avère que l’ambassade n’a pas le télé­phone. Enfin si, mais ils n’ont pas le droit d’appeler le numé­ro de la CPAM. Le ser­vice de l’ambassade en charge de ce genre de pro­blèmes est pri­vé de télé­phone, et puisque appa­rem­ment toutes les CPAM ont des numé­ros de télé­phone du type inter­dit … ça doit être calme, leur ser­vice.

Aaaah, l’Argentine …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le jeu 14 Fév 2008 à 22:58

Pho­to prise de … l’ascenseur. Je ne sais pas com­ment ce type d’ascenseur s’appelle en fran­çais. Je n’en ai jamais vu en France. J’en ai vu un au Dane­mark, et là. On était dans la rue, et Vio­la m’a pris par le bras, m’a fait entrer dans l’immeuble, et je me suis fait tom­ber la mâchoire sur le pied quand j’ai vu l’ascenseur.

Le nom en alle­mand, de ce type d’ascenseur, c’est «Pater nos­ter». Vous me sui­vez ?

Il n’y a pas de porte. et l’ascenseur ne s’arrête jamais. Il faut se syn­chro­ni­ser avec le truc si on ne veut pas se prendre une méchante gamelle. C’est *très* impres­sion­nant quand on n’a pas l’habitude. Donc c’est une série de cabines sans portes. Et si on rate le der­nier étage, pas de pro­blème : on repa­rait de l’autre côté, du côté des­cente. Pareil avec le rez-de-chaus­sée.

Sans décon­ner, c’est tota­le­ment DINGUE. La pho­to est prise pra­ti­que­ment au niveau du sol, alors que je suis debout dans l’ascenseur. Dingue.

Indice : le dra­peau au fond à droite.

Tatort …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le mar 12 Fév 2008 à 19:23

Je me sou­viens de la pre­mière fois que j’ai vu Tatort. C’était chez ma mère. Elle était sur 13ème rue (ma mère adore Der­rick … et même K2000 …), et il y avait un géné­rique (au goût dis­cu­table), et le titre TATORT s’est affi­ché. Et ma mère m’a deman­dé : «c’est qui, le com­mis­saire Tatort ?».

Main­te­nant que j’habite Ber­lin, je peux répondre à la ques­tion.

Tatort, c’est une série poli­cière alle­mande. On en est au 670ème épi­sode. Elle dure depuis 1970. Et ce n’est PAS Der­rick.

«Tatort», en alle­mand, signi­fie «sur le lieu du meurtre». Le concept est à pre­mière vue un petit peu déso­rien­tant, mais en fait c’est *très* bien fait. On ne tient pas 38 ans sans rai­son.

Tatort, depuis le début, ce n’est pas une équipe de poli­ciers, ou même un soli­taire genre Mai­gret. Ce sont en fait *quinze* équipes. Basées dans 15 villes dif­fé­rentes. Toutes très dif­fé­rentes. Les thé­ma­tiques sont aus­si très variées. Par­fois c’est juste un polar. Mais par­fois c’est *très* social. Ou tota­le­ment dingue (l’équipe de Müns­ter, en ce moment, est hila­rante). Ou poli­tique.

Le truc, le truc qui rend cette série tel­le­ment atta­chante c’est, curieu­se­ment, qu’on ne sait en fait *jamais* quel genre de polar on va voir.

Comme je vous le disais, c’est pas Der­rick.

C’est chaque fois un plai­sir. Les épi­sodes sont tou­jours (très bien) «écrits». Et ça se voit.

Comme un lundi …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le lun 11 Fév 2008 à 20:19

Sur la route du retour. On reve­nait de chez … qu’importe. Ça par­lait d’un de nos imbro­glios admi­nis­tra­ti­co — judi­ciaires. Et j’ai abso­lu­ment pas envie d’en par­ler.

La nou­velle du jour : à 5 heures (17 heures, pour les fana­tiques), il fait encore jour. Et c’est vache­ment bien. J’ai pris pra­ti­que­ment 100 pho­tos. Il y en a quelques unes que j’ai envie de vous mon­trer. Je crois que main­te­nant le dimanche je publie­rai les bonnes pho­tos que je n’ai pas eu la place de publier pen­dant la semaine.

De toute façon, je fais ce que je veux, dans la plus grande indif­fé­rence. [large sou­rire]

Robert et Raymonde, version urbaine …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le dim 10 Fév 2008 à 12:40

San Francisco, période rouge …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le dim 10 Fév 2008 à 12:38

C’est une mai­son rouge
à bord de voie fer­rée
On y vient à pied, on ne frappe pas
Ceux qui vivent là, ont jeté la clé

Inpi­ré par la période bleue de San Fran­cis­co …

Champ de vision(s) …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le dim 10 Fév 2008 à 12:32

La colonne de la victoire, un matin de biture post love-parade …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le dim 10 Fév 2008 à 12:30

La pendule de Xenu …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal,Xenuphobe ... — le dim 10 Fév 2008 à 12:25

Illu­mi­na­tions à toute heure. Élec­tro­psy­cho­mètres Xenu : satis­fait ou rem­bour­sé !

Pointillisme, 100% garanti sans wabi-sabi(*)

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le dim 10 Fév 2008 à 12:19

(*) voir ici.

Que la bête meure !

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le dim 10 Fév 2008 à 12:06

C’est con, hein … le temps d’écrire ce titre, et la colère est retom­bée. Il n’est pas néces­saire, ni utile, de vous infli­ger les his­toires détai­lées des 4 ou 5 autres pro­cès qui font notre quo­ti­dien.

Retour à la pho­to, et au bon­heur par­ta­gé.

Et toc.

Champ de bataille …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le ven 8 Fév 2008 à 20:33

On est en guerre. Je l’ai peut-être déjà dit, mais j’ai un petit de mal à me l’enlever de la tête. Je vais vous dres­ser un petit état des lieux :

Man­po­wer
C’est l’ancêtre. La guerre a com­men­cé en juin 2006. Après quelques accro­chages, la bataille a eu lieu fin jan­vier 2006. Et on l’a gagnée. Le seul pro­blème, c’est que Man­po­wer, condam­né à me ver­ser de l’argent et à me faire des bul­le­tins de salaires et des papiers admi­nis­tra­tifs cor­rects, a déci­dé de ne pas tenir compte du juge­ment. Donc ils en sont si j’ai bien com­pris à 50 000€ d’amende (mais c’est pas pour moi). La semaine der­nière, on a gagné une seconde bataille : le juge les a condam­nés à une (petite) somme d’argent (pour nous, cette fois) et met un dis­po­si­tif des­ti­né à obli­ger Man­po­wer a me faire les papiers dont j’ai un besoin cru­cial. Le gérant est *per­son­nel­le­ment* garant : si ils ne s’exécutent, il paye la note. Per­son­nel­le­ment. En bon Alle­mand, ça veut dire qu’il va en cabane. On attend avec impa­tience de savoir si ils vont céder. Sachant que de toute façon il y aura une troi­sième manche : le fait que Man­po­wer ait refu­sé d’exécuter le juge­ment, on va se retrou­ver à l’étage du des­sus. Cour du Bran­de­bourg («Land») plu­tôt que Ber­lin. Ça ne rigole pas.
Moyens humains : Vio­la et une avo­cate (en fait c’est Vio­la qui lui dicte ce qu’elle doit dire, et l’avocate n’est pas ter­rible, mais elle ne coûte rien, ou presque).

Win­ter­thur /​ leur agence de recou­vre­ment
L’assurance de Vio­la. Ils ont pré­ten­du que Vio­la ne les avait pas payés. Ça a esca­la­dé, et on s’est retrou­vés au tri­bu­nal. On a gagné, natu­rel­le­ment. Mais le bureau de recou­vre­ment s’en fout. Ils nous ont déjà envoyé deux huis­siers. À chaque fois, on montre à l’huissier le juge­ment, l’huissier déclare la créance nulle, et rentre chez lui. Le pro­blème est que les juges sont tel­le­ment encom­brés que un bureau de recou­vre­ment («Inkas­so») n’a aucun pro­blème pour repré­sen­ter la même créance. Son seul pro­blème est de dilli­gen­cer à chaque fois un nou­vel huis­sier. Il y a des mil­liers. C’est un pro­blème bien connu. En plus, ils uti­lisent des moyens «limite». Ils pré­tendent être juges. Notre lettre s’intitulait : «avis de sai­sie». Il n’y a natu­rel­le­ment aucun avis de sai­sie contre nous. Mais l’idée est expli­quée dans la der­nière ligne. On nous offre géné­reu­se­ment la pos­si­bi­li­té d’éviter tout ça on payant.
La solu­tion serait natu­rel­le­ment que Win­ter­thur siffle les chiens pour les ren­voyer à la niche. Mais ça dure … et tout ce que l’Inkasso récu­père, il le garde.
Moyens humains : la même avo­cate jusqu’au juge­ment, et ensuite Vio­la.

Vous savez quoi ? Je crois que je vais m’arrêter pour aujourd’hui. La suite demain.

La HEK

La belle et la bête …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Aphasie,Journal — le mer 6 Fév 2008 à 07:28

Déjà, l’anniversaire, en fait, c’est aujourd’hui. J’étais per­sua­dé, hier, qu’on était le 6.

Ha-ha.

À chaque fois qu’on prend le bus (le M21, en tout cas), on passe à côté de la fin des pistes de l’aéroport de Tegel. Et Tout au bout des pistes, il y a un tas de trucs expo­sés là. Et à chaque fois je me dis que je devrais y aller, et enfin on l’a fait.

C’est un musée. Le «musée des alliés». Notez que je n’en sais pas beau­coup plus qu’avant, vu que c’était fer­mé. Mais j’ai au moins pu voir de plus près le bazar qui est expo­sé dehors. On voit un mira­dor, trois avions, un char d’assaut, et (pour la pre­mière fois, jusque là je ne l’avais jamais repé­ré) un incroyable wagon mili­taire amé­ri­cain.

La pho­to ne nous montre pas vrai­ment, mais ce wagon est tout sim­ple­ment énorme. En tout cas il me fait une énorme impres­sion. C’est un monstre. Il faut que j’arrive à ren­trer là his­toire de le voir de plus près.

Pour prendre la pho­to, il a fal­lu taton­ner. J’ai tenu l’appareil à bout des bras, parce qu’il y un mur entre le wagon et moi. Et il y a aus­si un grillage. C’est pour ça que les bords de la pho­to sont bizarres.

Entre le wagon et moi, il y a éga­le­ment un avion. Si vous ne l’avez pas recon­nu, c’est le Fou­ga Magis­ter. Moi je l’ai vu pour la pre­mière fois au Bour­get, en exhi­bi­tion avec la patrouille de France. De l’avoir trou­vé là en train de rouiller, je me suis sur­pris à l’identifier sans hési­ter. J’ai eu un flash, je me suis revu au Bour­get.

C’est mar­rant, la mémoire.

Ça fait deux ans que je me demande si, en plus d’aphasie, je ne souffre pas éga­le­ment d’amnésie. Par exemple, au niveau de la musique. Pour toute per­sonne qui m’a connu, j’étais un juke-box humain. Je pou­vais ins­tan­ta­né­ment iden­ti­fier un mor­ceau que j’entendais, et par­fois même quand je ne l’avais jamais enten­du. Je pou­vais en quelques notes iden­ti­fier un cer­tain nombre de gui­ta­ristes, de bas­sistes. Et main­te­nant … même mes mor­ceaux pré­fé­rés, dont cer­tains que j’ai écou­té des cen­taines de fois, des mor­ceaux que je connais depuis faci­le­ment 20 ans, ces mor­ceaux qui fai­saient par­tie de moi, me sont deve­nus ano­nymes.

Par «ano­nymes», j’entends que par exemple je suis sou­vent inca­pable de dire du mor­ceau que j’entends com­ment il s’appelle. Ni qui le joue. Je ne suis plus capable de le fre­don­ner, même pen­dant que je l’entends.

C’est pro­ba­ble­ment le dégât le plus grave que j’ai subi avec cet acci­dent. Je me suis (pas de très bon gré, certes, mais tout de même) habi­tué à ne plus être capable de par­ler, à m’exprimer cor­rec­te­ment. Je vis avec. Mais d’avoir per­du ma musique …

J’ai aus­si per­du mes livres. Je suis en train de [re-] lire la monu­men­tale his­toire de la guerre d’Algérie d’Yves Cour­rière. J’en suis au troi­sième tome. Et l’auteur met des notes de bas de pages genre «voir tome 1». Et je suis inca­pable de me sou­ve­nir. C’était il y deux semaines.

Je ne sais pas si c’est tech­ni­que­ment de l’amnésie. Et en fait, natu­rel­le­ment, je m’en fous, de savoir com­ment ça s’appelle. Mais j’en souffre, parce que je *sais* que ce genre de choses ne me serait pas arri­vé «avant».

Mais l’amnésie ?

Je ne sais pas si il me manque par exemple des sou­ve­nirs. Le Fou­ga Magis­ter, je n’y a pas pen­sé pen­dant ces deux années, donc il ne m’a pas man­qué, et pour­tant il était là. Est-ce que pour savoir si on est amné­sique il faut consciem­ment se rendre compte qu’on ne réagit pas à un sti­mu­li pré­cis ?

Évi­dem­ment, si on ne connait pas son propre nom, d’accord. Mais quand on n’est plus capable de recon­naître Queen quand on l’entend ?

Le pire, avec ma musique, c’est qu’elle ne revient pas. En tout cas tota­le­ment.

Ça me fait pen­ser à cette blague qu’on fait à pro­pos d’Alzheimer : «Ce qu’il y a de bien avec la mala­die d’Alzheimer, c’est que chaque jour, on ren­contre des gens nou­veaux» …

Enfin bon. Comme je vous y invi­tais hier, pre­nez-donc une tasse de thé à ma san­té. Joyeux anni­ver­saire.

Tête de cochon !

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Aphasie,Journal — le mar 5 Fév 2008 à 09:28

Aujourd’hui c’est le second anni­ver­saire de mon entrée en apha­sie. Et depuis quelques semaines, notre vie admi­nis­tra­tive /​ éco­no­mique tourne au cau­che­mar. Je devrais être en train de bou­der dans un coin sous ma couette, j’imagine.

Mais : non.

En fait, défi­ni­ti­ve­ment non. Si je prends le temps de faire un bilan de ces deux années, elles ont été, de fac­to, par­mi les plus belles années de ma vie. Je sais que je l’ai déjà dit, mais c’est une constante dans mon équa­tion per­son­nelle.

C’est peut-être mon carac­tère. Conju­gué à celui de Vio­la.

Allez, pre­nez-vous donc une tasse de thé à ma san­té !

Et allez-donc visi­ter cette magni­fique église ber­li­noise que nous avons sur­nom­mée «X-Church» … c’est pas loin : elle à l’angle du clic.

L’art du mulot …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le dim 3 Fév 2008 à 13:53

C’est mon mulot que j’ai inven­té pen­dant mon der­nier bou­lot que j’avais atten­du pen­dant deux ans avec Maman.

Jacques C. dans son livre la vie, le mulot, et Maman

Jésus, le génial inventeur du joint de couvercle …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le dim 3 Fév 2008 à 13:26

Osez donc me dire que cette église ne vous fait pen­ser à une cocotte minute, hein !

Il peut le dire …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le sam 2 Fév 2008 à 00:15

Je n’y peux rien. Il me fait pen­ser au sketch avec Pierre Dac et Fran­cis Blanche. Le sar Rabin­dra­nath Duval.

Je crois que je peux le dire que les USA vont atta­quer l’Iran sous peu. Pour­quoi ? À cause de ça. Trois câbles sous-marins cou­pés en trois jours. Ce soir, le traf­fic inter­net à des­ti­na­tion et de pro­ve­nance d’Iran est exac­te­ment NUL.

Je peux le dire. Et j’espère que c’est sim­ple­ment un mau­vais sketch.

Moteur du site : wordpress 4.9.3 - Thème : «Back in Black 2» crée par Frederic de Villamil (traduit en français par amnesix)