Si j’veux …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le mar 30 Jan 2007 à 19:55

Il n’y a *aucune* loi qui inter­dise à *qui­conque* de s’asseoir à une table seule, *dans la neige*, his­toire de man­ger un petit plat *fast food* chi­nois. Vrai­ment aucune.

Le genre de gens qui font ça sont pro­ba­ble­ment très fort au «Tre­tis méta­pho­rique».

18111 …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le lun 29 Jan 2007 à 18:40

J’ai pas l’air d’un con ? Sans rire : vous ne trou­vez vrai­ment pas que j’ai l’air d’un con ?

Ça fait 107 ans que je porte ce bal­con sur mon dos. Et je reçois quoi pour ça ? Vous avez vu les cou­leurs qu’on me fait por­ter ? Et on va se deman­der pour­quoi je fais une tête pareille …

Je me fais exploi­ter. J’ai vrai­ment l’air d’un con.

J’étais une usine …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Galerie,Journal — le dim 28 Jan 2007 à 14:00

C’est la deux-cen­tième pho­to que je publie sur ce site. Bou­gies !

Pour fêter l’affaire, cette pho­to est accom­pa­gnée par 9 autres, le tout dans ma gale­rie pho­to, que vous connais­sez tous natu­rel­le­ment. C’est un nou­vel album, appe­lé sin­gu­liè­re­ment «j’étais une usine», ce qui vous prouve que j’ai de la suite dans les idées, ou pas beau­coup d’imagination.

L’usine est (était …) à Tegel, à côté des usines Bor­sig.

Tu la veux quelquepart, mon aile, hein ?

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le sam 27 Jan 2007 à 19:04

On est tom­bés en pleine dis­pute de voi­si­nage entre des vola­tiles un (appa­rem­ment) petit peu sus­cep­tibles. Notez qu’on est pas chez des sau­vages, là, hein. Quelques cris, deux bat­te­ments d’ailes, et on n’en parle plus.

En fait, quand je pense à nos voi­sins (humains, à ce qu’on dit), je pré­fère les oiseaux. Nos voi­sins (humains, ou au moins pri­mates) ont des mœurs — en ce qui concerne le voi­si­nage — moins bruyants que nos oiseaux, mais au bout du compte tel­le­ment plus moches …

Ah, en y pen­sant, au niveau sonore, on a un couple de voi­sins (ils ont pour­tant vrai­ment l’air humains, pour­tant…) dont le mâle est sourd, et donc, tout est bruyant. Il ne parle pas, il hurle. Son télé­phone ne sonne pas, il inter­rompt (je m’explique : il est fré­quent que Vio­la veuille sor­tir de son bain pour venir répondre à *notre* télé­phone quand *son* télé­phone passe en mode super­so­nique de l’étage d’en des­sous). Ses portes ne se ferment pas, elles explosent. Sa femme (pour­tant tech­ni­que­ment humaine), elle ne dit rien : elle per­sifle. C’est pire.

Bref : j’aime bien les oiseaux.

Issue de secours ?

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le ven 26 Jan 2007 à 21:33

Sachant qu’on est au cin­quième étage, là, je m’interroge sur la moti­va­tion de l’architecte qui a pon­du cet espèce de plon­geoir urbain. Mais comme je dis sou­vent : «on n’est pas obli­gé de tout com­prendre»…

Tupont Lachoie …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le jeu 25 Jan 2007 à 19:50

Le texte alle­mand signi­fie : «je suis un con hai­neux, et je sou­haite que ça se sache». Pas lit­té­ra­le­ment, natu­rel­le­ment. Mais c’est un petit comme ça que je le lis. Lit­té­ra­le­ment, c’est : «Je suis à la porte en 5 secondes. Et toi ?»

Ça fait envie, des voi­sins de ce genre, non ?

La lumière habite au coin de la rue …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le mer 24 Jan 2007 à 22:13

Je veux dire : non seule­ment c’est lit­té­ra­le­ment le «coin» de la rue, (l’angle si voyez ce que je veux dire), mais c’est éga­le­ment lit­té­ra­le­ment le coin «de la rue» (*ma* rue, si vous voyez ce que je veux dire).

Mais l’important de l’affaire c’est tout de même que c’est une très jolie lumière.

Une petite nature morte instantanée …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le mar 23 Jan 2007 à 21:42

… elle devrait s’appeler «le déjeu­ner sur l’herbe», mais je n’ose pas …

Berlin, la grise …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le lun 22 Jan 2007 à 09:11

Ce jour là, à cet endroit là, Ber­lin était grise. Oh, ça n’a pas duré long­temps, et puis on sait bien qu’avec ce genre de temps, toutes les villes ont l’air d’être grises. Sans par­ler des gens qui, à l’intérieur, sont sou­vent éga­le­ment gris.

Bref, demain, cer­tai­ne­ment une autre cou­leur…

Berlin, la rouquine …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le dim 21 Jan 2007 à 20:50

On était en balade, et on a failli se faire empla­fon­ner par deux écu­reuils qui se fai­saient une par­tie folle. Sans faire atten­tion à nous, ils se roulent par terre, et après un moment ils sont par­tis dans les arbres. Au cours de la pour­suite, la petite qui est sur la pho­to est tom­bée.

Elle a dégrin­go­lé faci­le­ment 5 ou 6 mètres. Après, elle a ralen­ti fata­le­ment un petit peu, ce qui m’a offert cette pho­to.

Ce qui est fou, c’est que c’est abso­lu­ment nor­mal que, en plein Ber­lin (dans un parc, soit, mais dans un parc en centre-ville), on se trouve nez à nez avec des écu­reuils. Je trouve ça magique à chaque fois que ça m’arrive, c’est à dire *très* sou­vent. Ce qui est un petit moins nor­mal, c’est que la rou­quine prenne le temps de se refaire le nez devant la camé­ra.

Une pièce de trop …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le sam 20 Jan 2007 à 18:12

… ou une case en moins ?

Je suis cer­tain qu’il existe une expli­ca­tion tout à fait rai­son­nable à la pré­sence de trois murs (avec fenêtres, mais sans toit) per­chés en haut de cet immeuble. Mais si.

Non ?

Ascenseur vers …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le ven 19 Jan 2007 à 14:22

Encore un coup de froid. À chaque fois que je passe dans ces gares sou­ter­raines, cou­leur béton, néon et chrome, ça me fait le même effet. Ça me fait froid à l’âme.

Où est-ce qu’on va ? Com­ment ? Et au bout du compte, pour­quoi ?

Est-ce qu’on ne pou­vait vrai­ment pas faire des gares humaines ?

Ques­tion imbé­cile . Bien sûr qu’on peut. Mais on ne veut pas. Et c’est quand je pense à ce «pour­quoi» là que j’ai vrai­ment froid.

Où sont les clés des menottes ???

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le jeu 18 Jan 2007 à 14:22

Oui, je sais. Il y a des myriades de bonnes rai­sons pour les­quelles on enferme les arbres. Mais tout de même, au niveau de mon ima­gi­naire, ça frotte.

Sans rire, des myriades de bonnes rai­sons. Comme … euh … je fini­rai bien par en trou­ver un jour. Mais disons qu’en atten­dant, j’aimerais bien trou­ver les clés des menottes.

His­toire de.

Res­pi­rer.

Un peu.

Au moins.

Interlude …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le mar 16 Jan 2007 à 22:01

Je n’allais tout de même pas vous faire le coup de «Ber­lin la mar­ron», ou même encore pire «Ber­lin la cochonne», hein. Mais j’avais envie de publier cette pho­to aujourd’hui. Alors : inter­lude.

Les jour­naux de Ber­lin, comme la télé locale, sont pleins d’images qui montrent des san­gliers dans la ville (en géné­ral en train de vider les pou­belles, ou en train de qué­man­der à l’entrée d’un maga­sin), alors pour­quoi pas moi ?

Berlin, la verte …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le lun 15 Jan 2007 à 15:57

Vue de haut, du ciel, par exemple, (depuis le para­dis, je sais pas, hon­nê­te­ment …) Ber­lin est verte. Enfin pour le moment. C’est plein de grands parcs, et les rues sont toutes bor­dées d’arbres.

Et vue du sol ? C’est encore vert. Sur­tout au début jan­vier, ou si vous pré­fé­rez, dans les deux ou trois semaines sui­vant Noël.

Berlin, la rouge …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le dim 14 Jan 2007 à 22:06

En atten­dant la renais­sance de la Ber­lin «rot-rot» (rouge-rouge) com­mu­niste, voi­là une pho­to prise le matin d’en bas de la mai­son.

L’immobilier à visage humain …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le sam 13 Jan 2007 à 21:11

Euh. J’ai tout dit, là, non ?

Sur monsieur M., du pied gauche …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le ven 12 Jan 2007 à 20:49

Mon­sieur M. était mon employeur. Nous sommes en pro­cès. Ça fait même un moment. Je pour­rais vous racon­ter les péri­pé­ties, mais ça me pren­drait des heures, et je per­drais le fil.

Mon­sieur devait, c’est le juge qui l’a dit, me payer 1273 €. Entre autres choses. Et, sor­ti du tri­bu­nal, il est par­ti en vacances, ou a déci­dé de ne pas payer, ou hypo­thèse très vrai­sem­blable, a encore mer­dé. Du coup mon avo­cate, après pas­sé le délai qui va bien, a déci­dé d’en par­ler au juge.

Pour être tota­le­ment hon­nête, le com­por­te­ment de mon­sieur M. ne m’a pas vrai­ment sur­pris. Il n’a sur­pris per­sonne, avo­cate et juge com­pris. Au point que les papiers dont le juge avait besoin pour pas­ser à la phase sui­vante (que je vous racon­te­rai dans le para­graphe sui­vant — jus­te­ment) étaient près. Quand l’avocate a appe­lé le juge, tout était en place, para­phé, tam­pon­né, et tout le tou­tim.

Donc, le len­de­main du jour où le délai légal avait expi­ré, le juge a envoyé pas moins de trois huis­siers. Un chez mon­sieur M. (à son bureau, pro­ba­ble­ment), un chez l’avocat de mon­sieur M., et un chez le grand patron, lire : au bureau de la mai­son mère. Et il a don­né un cer­tain nombre d’ordres, dont je ne connais pas le détail. Mais je sais qu’il a sai­si chez la mai­son mère les 1273 €.

Là où ça devient amu­sant, c’est que moi je n’ai pas encore reçu cet argent. Mais mon avo­cate m’a confir­mé que le juge avait l’argent et allait me l’envoyer un de ces jours. Par contre, hier, j’ai reçu des papiers de mon­sieur M., dans lequel il m’annonçait qu’il m’avait envoyé de l’argent (1258,07 €), et il avait ajou­té des papiers tota­le­ment hal­lu­ci­nants (qui m’ont fait bien rire mon avo­cate quand on l’a appe­lée pour lui racon­ter). Et, pour rigo­ler, on a deman­dé à mon avo­cate ce qu’on devrait dans le cas où mon­sieur M. nous envoyait effec­ti­ve­ment 1258,07 € comme il l’avait écrit.

Mon avo­cate, très sérieuse, elle, nous a dit : «cet argent, si vous le rece­vez, vous le gar­dez». Et elle a ajou­té que c’était le pro­blème de mon­sieur M.

Et nous, ce matin, on a bel et bien reçu 1258,07 €.

À la bonne san­té de mon­sieur M.  !!!

Le ton monte …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le jeu 11 Jan 2007 à 21:55

Les Alle­mands sont en règle géné­rale de «bons» maîtres de chiens. Ils ont tou­jours un petit sac en plas­tique dans la poche pour ramas­ser les cro-crottes des chiens-chiens.

Enfin : sur les pro­me­nades bitu­mées. Si on marche sur de l’herbe, sou­vent, on laisse Médor faire sa petite com­mis­sion tran­quille­ment.

Mais dans le cas d’une pelouse «pri­vée» ?

Eh bien ça donne par­fois ça : «ne chiez pas ici s’il vous plait». Dans le texte.

Les enfants du bon dieu, les canards sauvages, etc. …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le mer 10 Jan 2007 à 20:34

C’est la troi­sième fois que je publie une pho­to d’un canard de ce modèle. La seconde, c’était une his­toire de flash. La troi­sième, c’est l’histoire d’un pho­to­graphe.

Non-non, pas moi ! Un type qui por­tait un énorme appa­reil pho­to, avec un objec­tif looooong, et son tré­pied. Et il vou­lait prendre une pho­to de mon canard. Et il s’affairait autour de son appa­reil, le dépla­çait, le re-dépla­çait… c’était très impres­sion­nant.

Pen­dant ce temps là, je me suis mis à côté, et j’ai appuyé. Clic-clac. Plu­sieurs fois.

Quand j’ai levé la tête, le gars par­tait, tenant son appa­reil, son zoom et son tré­pied à bras le corps. Vio­la m’a dit qu’il avait l’heure de mau­vaise humeur, et que depuis que j’étais là, il avait arrê­té de s’intéresser à son appa­reil. Il regar­dait le mien.

Les feuilles d’automne …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le mar 9 Jan 2007 à 21:55

Une pho­to qui se passe de tout com­men­taire. Ça tombe bien : il y a foot à la télé. Hé-hé.

Allez, tout de même un petit com­men­taire : c’est le genre de pho­to pour laquelle un petit peu d’imagination est tota­le­ment inutile. J’ai défi­ni­ti­ve­ment de la chance…

Je n’ai aucune imagination …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le lun 8 Jan 2007 à 23:02

Il fal­lait bien que j’écrive un titre pour cette pho­to. Et comme je n’ai aucune ima­gi­na­tion …

Cepen­dant, il faut que j’écrive quelque chose. Je pour­rais ima­gi­ner une his­toire à ce bâti­ment. Je pour­rais par­ler des aiguilleurs qui tra­vaillent (peut-être) en haut. Je pour­rais vous dire que j’en ai vu un, un jour, d’un train, qui avait sor­ti la tête et le bras par le la fenêtre pour saluer son col­lègue, che­mi­not, qui condui­sait le train dans lequel j’étais. J’aurais aus­si pu vous dire qu’en des­cen­dant du train, pas­sant à côté de la loco, j’ai vu le che­mi­not, alors que le train repar­tait, avait les yeux pleins de larmes.

Je pour­rais aus­si vous dire que je prends ce train tous les jours, et que tous les jours l’aiguillleur salue son ami, et qu’à chaque fois le che­mi­not pleure. Je pour­rais vous racon­ter qu’un jour j’ai fini par inter­ro­ger le che­mi­not. Et puis pour finir, je pour­rais vous dire que je ne vous racon­te­rai cette his­toire parce qu’elle n’appartient qu’à ceux ces deux hommes.

Heu­reu­se­ment, je n’ai aucune ima­gi­na­tion …

Un coup d’boule au soleil !

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le dim 7 Jan 2007 à 17:06

Ne me deman­dez pas . Je ne sais pas. Mais j’aime beau­coup la pho­to. Est-ce que vous avez réa­li­sé que vous pou­vez cli­quer sur la pho­to pour la voir en (plus) grand ?

Ah oui, j’oubliais : je n’ai pas grand grand-chose d’amusant ou inté­res­sant à racon­ter. Mais tout de même une pho­to sym­pa. Bon. Il y a des jours, comme ça.

Un homme à la mer !

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le ven 5 Jan 2007 à 16:44

Pho­to prise par un pho­to­graphe impru­dent qui est tom­bé alors qu’il s’était pen­ché pour prendre la figure de proue en pho­to …

… ou parce que quelqu’un l’a pous­sé, hein, je sais pas. [sou­rire]

Berlin — Saint-Tropez …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le jeu 4 Jan 2007 à 23:55

Ber­lin a tout. Même une rivie­ra. Oui ! Avec des bateaux. Par­fai­te­ment. Et on peut vivre sur l’eau.

D’accord, c’est moins brillant. Mais pas de toc, pas de paillettes ! C’est plus authen­tique.

Non ?

Un beau, et *long* automne …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le mer 3 Jan 2007 à 19:07

Et hop là, allons nous pro­me­ner, et hop là, allons dans la forêt, et hop là, pro­fi­tons de l’automne, avec ses jolies cou­leurs, avec le soleil et le col de la veste ouvert …

Pro­tes­ta­tion offi­cielle : HÉ, HO, ON EST EN HIVER ! Faut arrê­ter un peu de décon­ner, faites votre bou­lot, et envoyez donc la NEIGE ! S’il vous plait. Non mais !

Non, sans rire, c’est plus drôle du tout, à force…

Biodégradabilité …

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le mar 2 Jan 2007 à 21:45

C’est bien connu, qu’on ne doit jeter que les objets bio­dé­gra­dables. Les Alle­mands sont spé­cia­le­ment sen­sibles á ces ques­tions là. Regar­dez, déjà, la seconde chaus­sure est retour­née à la nature. La chaus­sure en toile d’ortie est un hit.

Bonne, rayonnante année !

Écrit par olivier dans la (ou les) catégorie(s) Journal — le lun 1 Jan 2007 à 20:04

Euh. Je parle de la pré­cé­dente, hein. 2006.

Oui, je sais, attaque céré­brale, apha­sie, licen­cie­ment, den­tiste, les dingues du neu­ro­logue, madame Otto, les AdA, je sais tout ça. Mais quand j’y regarde d’un petit peu prés, je n’ai jamais été aus­si heu­reux.

Tout sim­ple­ment. Et toc. C’est l’effet Vio­la. Et Ber­lin.

Ah, tant que je parle de Ber­lin, si vou­lez voir ce qu’il s’est pas­sé chez ou près de chez nous hier soir, c’est ici. Et à pro­pos de 2007, je vous en reparle dans … disons … un an. Ça vous va ?

Moteur du site : wordpress 4.9.3 - Thème : «Back in Black 2» crée par Frederic de Villamil (traduit en français par amnesix)